Bordeaux : Symbole de l’urbanisme des années 60, la zone commerciale de Mérignac Soleil veut devenir un modèle de ville durable

URBANISME Plus ancienne zone commerciale de Bordeaux Métropole, Mérignac Soleil et son urbanisme en « boîtes à chaussures », anticipe la ville de demain et construit un nouveau modèle d’urbanisme

Mickaël Bosredon
— 
Les travaux d'aménagement de la zone Mérignac Soleil ont démarré avec l'ambition de verdir une zone essentiellement commerciale
Les travaux d'aménagement de la zone Mérignac Soleil ont démarré avec l'ambition de verdir une zone essentiellement commerciale — Mickaël Bosredon/20Minutes
  • Zone entièrement commerciale avec son empilement de « boîtes à chaussures » depuis les années 1960-1970, Mérignac-Soleil développe un nouveau modèle urbanistique, et accueille ses premiers habitants.
  • Le quartier doit aussi être « décroûté » pour faire davantage de place à la nature.
  • L’arrivée du tramway dans le secteur pour le début de l’année 2023 doit aussi faire évoluer les modes de déplacement.

Dix ans après les premières études de réhabilitation, le quartier Mérignac Soleil accueille ses tout premiers habitants. Zone commerciale typique des années 1960 et 1970, avec son empilement de « boîtes à chaussures », le quartier entend se réinventer : place à l’apaisement de la circulation, la mixité avec de l’habitat et des services, et à la « renaturation » des sols.

Chantier d'extension du tramway à Mérignac Soleil
Chantier d'extension du tramway à Mérignac Soleil - Bordeaux Métropole

Le maire de la ville, et président de Bordeaux métropole, Alain Anziani promet ici 14.000 arbres, des cheminements doux et deux parcs d’ici à 2030. Une vision verte et apaisée qui doit faire du projet Mérignac Soleil un modèle de la « ville de demain ». Le projet vient d’ailleurs d’être retenu dans le cadre de l’Appel à manifestation d’intérêt (AMI) national « démonstrateur de la ville durable ». En attendant, la zone est un véritable champ de bataille, et entre pelleteuses, grues, bitume éventré et aménagement du tramway, s’y frayer un chemin relève du parcours du combattant. Difficile d’imaginer l’écrin de verdure promis sur plaquette.

Des logements à 2.500 euros/m2

« Cela peut paraître surprenant de dire que l’on va habiter Mérignac Soleil, pourtant le projet porte bien sur 2.800 logements d’ici à 2030 » explique Amandine Lasvacas, directrice du programme Habiter de La Fabrique de Bordeaux Métropole (La Fab). Après une première livraison de quelques dizaines de logements, la première grosse tranche est prévue pour fin 2022-début 2023. Ainsi, le site d’une ancienne concession automobile va faire place à 300 logements, l’îlot Castorama accueillera 386 logements… Au total, quelque 6.000 habitants doivent s’installer dans cette zone.

Les premiers immeubles de Mérignac Soleil sortent de terre
Les premiers immeubles de Mérignac Soleil sortent de terre - Mickaël Bosredon/20Minutes

On devrait compter environ 60 % de logement à vocation sociale - dont 35 % de logement locatif, 12,5 % de logement en accession sociale, et 12,5 % à prix maîtrisé de 2.500 euros/m2 - et 40 % de logement libre. Sur le modèle urbain, « on fait se recouvrir deux structures, détaille Jérôme Goze, directeur général délégué de la Fab : de l’habitat dans les étages, et du commerce à la base. » Si les grandes enseignes resteront présentes, et que le quartier restera à vocation très commerciale, l’arrivée d’habitants impliquera aussi l’installation de commerces de proximité.

Un ratio d’un arbre/16 m2

Premier îlot de chaleur urbain de la métropole, cette immense plaque de 69 ha, bitumée à 90 %, va gagner 20 % de « renaturation ». « C’est énorme » assure Jérôme Goze. « La ville de demain sera écrasée par la chaleur, poursuit Alain Anziani, en 2035, Bordeaux aura la température de Séville, il faut absolument planter des arbres pour rafraîchir la ville. » « Cela passe d’abord par le décroûtage, la dépollution, puis l’étape d’après sera de planter une mixité d’arbres, avec un ratio d’un arbre/16 m2 », ajoute Amandine Lasvacas.

Travaux du prolongement de la ligne A du tramway à Mérignac
Travaux du prolongement de la ligne A du tramway à Mérignac - Mickaël Bosredon/20Minutes

Reste enfin la question de la mobilité. Les collectivités misent beaucoup sur le prolongement de la ligne A du tramway qui ira jusqu’à l’aéroport début 2023, et qui fera une incursion dans Mérignac-Soleil. « Cela permettra d’offrir aux habitants des alternatives pour qu’ils ne prennent plus leur voiture » ambitionne Alain Anziani.

« Réduire la place de la voiture »

Toutefois, entre des enseignes qui captent une clientèle très motorisée, et des habitants qui ne travailleront pas nécessairement sur place, la surface accordée à la voiture ne diminuera pas tant que ça. La preuve : il est toujours prévu une place de stationnement par logement, et la taille des parkings des grandes surfaces ne diminuera pas.

« L’ambition est toutefois de réduire la place de la voiture, doucement mais sûrement, assure Jérôme Goze. Nous allons accompagner les changements de modèle économique qui sont en cours : les grands groupes scrutent attentivement tout ce qui touche au e-commerce, et on peut imaginer qu’il y aura de plus en plus de livraisons à domicile. »

A défaut de disparaître complètement, le modèle « no parking, no business » est en train de connaître une évolution.