Des jumeaux demandent réparation

— 

L'un était expulsable, l'autre non. Finalement régularisés en 2007,

les jumeaux Mourad et Mounsef Bouchraa, 22 ans, ont demandé 7 000 euros de dommages et intérêts hier, devant le tribunal administratif de Bordeaux. Leur avocat, Me Pierre Landete, a dénoncé « les aléas judiciaires et administratifs » subis par les deux jeunes hommes : en 2006, un arrêté de reconduite à la frontière avait été pris à l'encontre de Mourad. Deux mois plus tard, son frère avait été autorisé par le même tribunal à rester en France.

Le commissaire du gouvernement, qui a rendu un avis favorable, a reconnu qu'il y avait eu « une erreur manifeste d'appréciation ». Pour Me Landete, la différence de traitement entre les dossiers montre que « l'Etat est dans une logique de guichetier, qui dépend du bon vouloir des employés de la préfecture ». Chassés par leur famille marocaine, Mourad et Mounsef sont arrivés illégalement en France en 2004, à 15 ans, puis ont été pris en charge par la Fondation d'Auteuil de Blanquefort en 2005. W

M. G.