Bassin d'Arcachon : Une piste de ski à base d'aiguilles de pin se cache dans la forêt

GLISSE Elle a été créée en 1938 et une association de mordus essaient de lui donner une seconde vie

Elsa Provenzano
— 
Du ski sur aiguilles de pin, à Arcachon! — 20 Minutes
  • Une piste de ski à base d’aiguilles de pin a été créée en 1938 et très fréquentée jusqu’en 1970 dans une forêt d'Arcachon, en Gironde.
  • Des passionnés de glisse l’entretiennent et voudraient lui donner une seconde vie.
  • Réunis dans une association, ils souhaiteraient que des aménagements soient réalisés pour permettre notamment de donner des leçons de ski.

Sortir sa paire de skis de sa voiture pour se rendre au milieu des pins à Arcachon, c’est le quotidien de Dominique Maitrot, une pétillante septuagénaire. Cette Arcachonnaise n’est pas peu fière de la piste d’aiguilles de pin ou grépin en patois local, qu’elle fréquente depuis son enfance. Elle la présente d’un geste satisfait de la main, donnant à apprécier le matelas épais récolté par ses soins et étalé sur les 200 mètres de piste.

« Il ne faut pas de morceaux de bois ni de crottes de chien ou de mégots, je le trie et je le récupère en forêt, explique-t-elle. Voyez comme la piste est belle ! ». Elle s’y élance avec un plaisir non dissimulé et remonte en ski, tassant le grépin pour qu’il soit toujours impeccable, une obsession on vous dit ! Avec son frère Jérôme Maitrot, elle s’active au sein de l'association de ski sur aiguilles de pin à Arcachon pour tenter de relancer l’intérêt pour cette piste qui a connu son heure de gloire entre 1938 et 1970.

« C’était extraordinaire »

« On n’allait pas en boîte, on allait à la piste de ski entre jeunes », se souvient Roland Maubourguet, un ancien skieur. Il habitait Facture et s’y rendait tous les dimanches après-midi avec ses amis. Elle servait alors de piste d’entraînement pour les jeunes, avant qu’ils s’essaient au ski alpin. « C’était extraordinaire se souvient Dominique Maitrot. Il y avait même un tremplin sur la droite de la piste » La piste a été créée en 1938 et entre l’après-guerre et 1970, une compétition officielle de la Fédération française de ski s’y tenait même tous les ans.

Un petit tir fesses est installé en 1963 mais un enfant s’est sérieusement blessé à la main en 1968, en mettant ses doigts dans le système de poulies de la remontée. « L’accident n’avait rien à voir avec le ski », estime Jérôme Maitrot, le président de l’association. Mais après cet événement, l’activité sur la piste décroît.

Une nouvelle vie souhaitée pour la piste

Aujourd’hui, quelques passionnés locaux et des curieux ravis de découvrir le site s’y essaient de temps en temps. « Une surfeuse est venue récemment, raconte Dominique Maitrot. Dès qu’elle a pris de la vitesse elle s’est levée comme si elle était sur une vague ». Ski, luge, snowboard, surf : tous les sports de glisse se prêtent à une descente sur grépin.

« Je suis ravie que les enfants viennent, ça me motive beaucoup », explique Dominique Maitrot qui a toujours une luge dans le coffre de sa voiture. Quand Lucas, 7 ans, arrive avec sa maman, elle lui propose aussitôt de l’essayer. Il dévalera deux fois de suite la piste, ravi de cette activité surprise au détour d’une promenade en forêt. Avant sa deuxième descente, Dominique Maitrot lui propose de « farter » sa luge avec un peu de cire, pour davantage de sensations.

« On aimerait refaire une structure encadrée en donnant des leçons de ski à des enfants qui n’ont jamais vu la neige », explique le président, qui rappelle que trois stations de ski ferment chaque année en France, par manque de neige. Il attend que la ville, propriétaire du site, réponde aux sollicitations de son association.

« Il faut la faire vivre cette piste, insiste l’Arcachonnaise, et on peut y glisser toute l’année c’est une piste quatre saisons. » Elle rêve d’un petit chalet en bas de la piste pour y louer des skis, comme à l’époque…