L'État ne laisse pas la CUB en rade

Marion Guillot et Mickaël Bosredon

— 

Un gros coup de pouce pour développer le transport public. L'Etat a distribué jeudi une enveloppe de 800 millions d'euros pour 50 projets de transports en commun sur site propre dans plusieurs grandes villes de France. La Communauté urbaine de Bordeaux (CUB) en est ressortie avec un joli chèque de 42,6 millions d'euros. Celui-ci va aider à financer les études concernant la première phase de la quatrième ligne de tramway (ligne D), sur 1,8 km entre le centre-ville et la Barrière du Médoc.

Il permettra aussi l'extension des autres lignes existantes : la ligne A sera prolongée à l'ouest jusqu'à Mérignac-les-Pins et la rocade, la ligne B au sud jusqu'au carrefour de l'Alouette à Pessac et au nord jusqu'au pôle d'activité Bordeaux Nord. La ligne C, enfin, sera prolongée vers le sud jusqu'au futur lycée Terre sud, à Bègles, et la rocade, et vers le Nord jusqu'au Parc des expositions. Toutes ces extensions devraient entrer en service en 2013. Alain Juppé a salué le « soutien de l'Etat », qui a aussi accepté « de prendre en considération le dossier du tram-train du Médoc, qui pourra être aidé dans le cadre de l'appel à projets de 2010 », a ajouté le maire. De leur côté, les élus Verts de la CUB ont fait part de leur « déception ». « On ne voit pas vraiment quelle est la plus-value du Grenelle de l'environnement, puisqu'on se situe au même niveau de subvention que précédemment », observent-ils. W