« Le bus doit être un tram comme les autres ! »

— 

Dans quel état d'esprit êtes-vous à la veille de la gestion par vos services ?

Très concentré car c'est une opération qui demande de la vigilance afin d'assurer la continuité du service public. Et ça touche des domaines techniques et humains.

Qu'apportez-vous de nouveau ?

L'activité est structurellement déficitaire. Il faut améliorer le taux de couverture de dépenses par les recettes. Il est aujourd'hui de 30 % et nous voulons qu'il dépasse 40 %. D'où le nouveau réseau prévu pour début 2010.

Un réseau qui semble difficile à mettre en place...

Pour le tramway, nous allons réduire les fréquences et travailler sur la régularité assez rapidement, ça ne demande pas d'aménagements. Pour les bus, le réseau sera différent et tous les efforts de la CUB en matière d'équipement sont bons à prendre car cela va permettre d'améliorer la performance des transports et donc les recettes.

Vous misez beaucoup sur le bus ?

Il fallait élever le niveau du bus, il doit être un tram comme les autres ! Nous voulons un réseau unique : l'usager client du tram ne doit pas être mieux traité que celui du bus. W