Bordeaux : Panneaux solaires, ferme en aquaponie, et balade panoramique, le projet du toit de la base sous-marine dévoilé

URBANISME Pierre Hurmic dévoile à « 20 Minutes » les différentes activités qui seront installées sur le toit de la base sous-marine à Bordeaux, vaste espace de trois hectares

Elsa Provenzano et Mickaël Bosredon
— 
La base sous-marine de Bordeaux
La base sous-marine de Bordeaux — UGO AMEZ/SIPA
  • Le toit de la base sous-marine, aux Bassins à flot, accueillera sur 2.000 m2 une ferme urbaine de culture maraîchère en aquaponie.
  • Des unités de production d’énergies renouvelables, notamment pour alimenter le réseau de chaleur du quartier, seront installées sur deux parcelles de 5.000 et 15.000 m2.
  • Dans le quartier des Bassins à Flot, les discussions se poursuivent avec le port pour insérer des activités portuaires acceptables pour les habitants, tandis que la réalisation d’un parc de 6.000 m2 est désormais confirmée.

Les villes doivent « redevenir des écosystèmes, avec de l’activité économique et de l’agriculture », estime le maire de Bordeaux, Pierre Hurmic. « On n’aura pas une autonomie alimentaire de  Bordeaux totale, prévient-il, mais aujourd’hui elle n’est plus que de cinq jours, alors qu’on était autrefois une terre maraîchère extrêmement riche. »

Pour aller dans ce sens, un projet mêlant activité portuaire, énergies renouvelables et ferme urbaine est en chantier dans le quartier des  Bassins à Flot, au nord de Bordeaux. Il concernera notamment la base sous-marine, construite par les Allemands au cours de la Seconde Guerre mondiale pour accueillir des sous-marins, et qui abrite aujourd’hui des espaces culturels, avec par exemple les expositions digitales des  Bassins de Lumières. Mais la question du devenir du toit de la base sous-marine, vaste espace de trois hectares, restait en suspens depuis des années.

Un ascenseur aménagé d’ici à la fin de l’année

A son arrivée à la mairie de Bordeaux, Pierre Hurmic avait promis de trouver une solution pour aménager le toit de cette base. « Les études structurelles sont terminées, annonce-t-il. Le premier équipement que nous allons installer, dès la fin de cette année, sera un élévateur-ascenseur, pour accéder facilement au toit, notamment afin d’acheminer les marchandises. »

Le 7 décembre 2016, la base sous-marine à Bordeaux
Le 7 décembre 2016, la base sous-marine à Bordeaux

Le toit va en effet accueillir, à vingt mètres de hauteur, une ferme en aquaponie. Contraction d’aquaculture (culture de poissons) et d’hydroponie, l’aquaponie est une forme d’agriculture qui se sert des déjections de poissons pour nourrir les plantes, et se développe de plus en plus en milieu urbain, notamment à Bordeaux avec la start-up « Les Nouvelles Fermes », par exemple. Un Appel à manifestation d’intérêt (AMI) sera lancé « fin 2023-début 2024, pour occuper une parcelle de 2.000 m2. »

Un monument en hommage aux Républicains espagnols

Il y aura aussi tout un volet énergétique sur le toit de la base. « Début 2023, on va lancer un autre Appel à Manifestation d’Intérêt pour développer un projet de solaire-thermique afin d’alimenter une partie du réseau de chaleur et de production d’eau chaude du quartier des Bassins à flot », poursuit Pierre Hurmic. Ce volet occupera 5.000 m2 du toit de la base. « Il y aura aussi du solaire photovoltaïque sur 15.000 m2 » ajoute le maire de Bordeaux

Enfin, le grand public pourra aussi profiter du site, qui offre une vue imprenable sur le quartier et une partie de Bordeaux. « Nous allons créer des accès pour organiser une promenade sur le toit de la base, sur 3.000 m2 », annonce Pierre Hurmic. Dernier projet, un monument en hommage aux Républicains espagnols sera érigé sur le toit d’une annexe de la base. « Ils ont payé de leur sang la construction de cette base sous-marine », rappelle le maire de Bordeaux. Les Républicains espagnols du quartier Bacalan avaient été enrôlés de force pour la construction du site, et 70 d’entre eux avaient péri durant les travaux.

« Concilier une vie de quartier avec une activité portuaire »

L’enjeu global pour l’ensemble du quartier des Bassins à Flot sera « de concilier une vie de quartier avec une activité portuaire », poursuit le maire de Bordeaux. « Nous avons actuellement un port qui est dynamique, et qui souhaite des activités économiques à cet endroit, en faisant en sorte évidemment que les activités les plus polluantes soient en bord de Garonne ou à Bassens, pas en cœur de l’îlot d’habitat. » Il faudra donc « trouver un aménagement équilibré » avec le port.

Le quartier des Bassins à flot à Bordeaux
Le quartier des Bassins à flot à Bordeaux - Mickaël Bosredon/20 Minutes

Car parallèlement, le « souci » de la municipalité bordelaise est de « verdir le plus possible ce quartier ». « Un parc est prévu derrière la base sous-marine, avec trois hectares il sera plus grand que ce qui était prévu initialement, annonce Pierre Hurmic, et il sera réalisé plus vite que prévu. » Les études de conception vont en effet démarrer « dès le début de cette année. »

Un parc public de 6.000 m2 près du bassin

Un autre parc public, de 6.000 m2, « sera réalisé autour du bâtiment Armi », précise encore le maire de Bordeaux. Concernant cet ancien bâtiment industriel situé en face du musée mer marine, et qui pourrait être réutilisé pour de l’activité de réparation navale, « après des discussions avec le port, il a été décidé de le diminuer de moitié, et il sera entièrement relooké. »

Le batiment Armi aux Bassins a Flot
Le batiment Armi aux Bassins a Flot - Mickaël Bosredon/20Minutes

Reste la question de la promenade piétonne autour des bassins à flot, projet auquel les nouveaux habitants du quartier sont très attachés. « Je suis également exigeant pour que cette balade piétonne soit effectivement aménagée, assure Pierre Hurmic. On va discuter lopin par lopin, pour que cette promenade puisse se réaliser tout autour du bassin, d’ici à la fin de notre mandat. »