Gironde : Les violences intrafamiliales en hausse de 28,7 % en 2021

SECURITE Un chiffre en hausse depuis le début de la crise sanitaire

E.P.
— 
Une voiture de police devant la maison théâtre d'un féminicide le 4 mai 2021, à Mérignac.
Une voiture de police devant la maison théâtre d'un féminicide le 4 mai 2021, à Mérignac. — UGO AMEZ/SIPA

L’année 2021 a été marquée en Gironde par la mort de Chahinez Daoud, brûlée vive par son mari en pleine rue, le 4 mai 2021, à Mérignac. « Ce féminicide marquera à jamais nos mémoires et celles des services », a commenté Fabienne Buccio, préfète de la Gironde, lors d’un bilan sur la  sécurité. L’année 2021 est une année noire pour les  violences intrafamiliales​ qui ont bondi de 28,7 % en Gironde, dans le contexte de restrictions sanitaires qui ont contribué à replier les foyers sur eux-mêmes. Plus largement, les atteintes volontaires à l’intégrité physique augmentent, avec une hausse de 17,5 % des coups et blessures volontaires.

Des agents référents

S’agissant des violences conjugales, la préfète met en avant la mise en place d’agents référents, du côté de la police comme de la gendarmerie. « Il y a eu un accroissement significatif de dotation en téléphones grave danger, pointe Martin Levrel, directeur départemental de la sécurité publique. C’est un dispositif qui fonctionne : rien que ces derniers mois, deux déclenchements ont eu lieu avec une interpellation d’une personne qui ne devait pas se trouver là. »

Du côté des atteintes aux biens en Gironde, la préfecture note une diminution de 10,2 % des vols de véhicules, de 17,6 % pour les vols violents sans arme et de 10,9 % pour les cambriolages. Seule la cyberdélinquance s’établit à la hausse, de 23 % sur l’année.