LA CAPITALE GIRONDINE, UN DéCOR idéal à CIEL OUVERT

— 

« Les chefs opérateurs parlent avec admiration de la lumière des pierres de Bordeaux », souligne Yane Lahaie, directrice adjointe de l'AIC et ancienne régisseuse. La ville est devenue un lieu privilégié pour servir de décor aux fictions et longs-métrages. Sur les 560 décors référencés en Aquitaine, la Gironde en comptabilise 275. Pour le plus grand plaisir de la mairie : « Avoir des tournages, c'est la meilleure communication qui soit pour une ville », commente Lilian Saly, directeur du développement et de l'action artistique.

La bonne conservation des bâtiments et les façades XVIIIe attirent les réalisateurs. Par ailleurs, les rues de la ville ressemblent à celles de la capitale et servent parfois de doublures car il est de plus en plus difficile d'y tourner, en raison du nombre de demandes d'autorisation. La proximité relative avec Paris à trois heures de train constitue également un atout. La rue d'Aviau, les abords du Jardin public, la place Bardineau et bien sûr, le quartier du Triangle d'or sont ainsi souvent utilisés. Sans parler du Grand Théâtre ou du parc Bordelais. Les rues moyenâgeuses de Bordeaux ou ses décors intérieurs - les salons XVIIIe de la CCI ou ceux de la mairie, notamment - sont aussi prisés pour les films d'époque, comme Cartouche récemment tourné avec Frédéric Diefenthal. Enfin, le bassin d'Arcachon et ses paysages variés, de la dune du Pyla au Cap-Ferret en passant par les villages ostréicoles représentent une attraction importante. En 2008, 47 tournages ont choisi la capitale girondine. W