Coronavirus en Gironde : La restauration scolaire chamboulée par les absences d’agents

CRISE SANITAIRE Les absences d’agents au sein des cantines scolaires en raison du Covid-19 ont obligé les collectivités à revoir leur organisation

Elsa Provenzano
— 
Un enfant déjeune dans une cantine (illustration).
Un enfant déjeune dans une cantine (illustration). — G. Varela / 20 Minutes
  • A partir de ce lundi 24 janvier, des pique-niques ont été demandés aux familles des enfants des écoles maternelles et élémentaires pour pallier le manque d’agents.
  • A Bordeaux, à partir du 31 janvier, les pique-niques ne seront demandés qu’aux parents d’élèves en élémentaire et pas à ceux de maternelle.
  • Dans les collèges, des chefs cuisiniers volants pourront intervenir en renfort. Les cantines proposent aussi des repas simplifiés ou des paniers repas en cas d’effectif trop réduit.

Le 18 janvier dernier, la mairie de Bordeaux annonçait qu’avec 20 % d’agents absents pour cause de  Covid​, la  cantine scolaire n’allait pas pouvoir être assurée tous les jours pour tous les enfants. Depuis ce lundi 24 janvier et jusqu’aux vacances de février, elle demandait aux parents de récupérer leurs enfants sur la pause de midi, ou de prévoir un pique-nique deux fois par semaine.

Après plusieurs rencontres avec les parents, un ajustement a été annoncé ce lundi. A partir du 31 janvier, des repas réchauffables seront finalement prévus pour les élèves de maternelle. « Cette organisation nous permet de répondre aux attentes concernant les fratries et le manque d’autonomie des enfants d’écoles maternelles », souligne la ville dans un message d’information destiné aux parents d’élèves. Pour s’assurer de l’équilibre des repas, elle prévoit aussi d’agrémenter les pique-niques de fruits et de laitages.

Les collèges aussi adaptent leur restauration

Dans les collèges aussi, on compte de nombreuses absences dans les équipes. Le département explique avoir anticipé ces problèmes en recrutant sept chefs cuisiniers volants, renforcés par quatre autres recrues dès le début de l’année. « Le budget alloué pour remédier à ces difficultés est de 200.000 euros environ par mois », précise le département.

En cas d’absences importantes d’agents dans un établissement, il est possible de recourir à un chef cuisinier volant. S’ils sont déjà tous mobilisés, il est prévu de servir des menus simplifiés, comme des raviolis par exemple. Et si cette option n’est pas tenable non plus, des paniers repas peuvent être proposés aux collégiens. « Ils sont composés d’une entrée, d’un plat (salade de thon aux pâtes par exemple), d’un dessert (compote, crème) et d’une bouteille d’eau, et le collège fournit le pain et un fruit en plus », précise le département.

« Aucun lycée de la Région Nouvelle-Aquitaine n’a été contraint de fermer son service restauration ou un internat en raison d’absence de personnels en raison des conséquences de la crise sanitaire au cours de la période récente », déclare pour sa part la région, sans préciser si des menus adaptés ont dû être mis en place.