Bordeaux : Cure de jouvence pour la porte Dijeaux, noircie par la pollution

LIFTING Le monument du centre historique bordelais, construit entre 1748 et 1753, a besoin d'une remise en état

E.P.
— 
La Porte Dijeaux va être désencrassée en profondeur.
La Porte Dijeaux va être désencrassée en profondeur. — E.Provenzano / 20 Minutes
  • La porte Dijeaux va faire l’objet d’un nettoyage en profondeur dès ce début d’année et pour environ cinq mois.
  • Construite au milieu du XVIIIe siècle, elle ne présente pas de défaut structurel depuis les précédentes rénovations mais est très encrassée.

La porte Dijeaux, bien connue des Bordelais, borde la place Gambetta, récemment rénovée. Si le monument construit entre 1748 et 1753 n’a pas besoin de rénovations structurelles après celles réalisées en 1971, il est sérieusement encrassé et va être nettoyé en profondeur pendant environ cinq mois, dès ce début d’année. Il a été très exposé à la  pollution automobile avant la piétonnisation du secteur en 1974 et ses parements et  sculptures s’en retrouvent noircis.

Pour le reste, l’état général du monument est bon. « Les travaux de renforcement en sous-œuvre ont visiblement stabilisé les tassements et aucune fissure structurelle n’est apparue depuis les confortations, explique la mairie dans un communiqué. Des désordres constatés en 1953 et traités (fissures des parties hautes, affaissement de claveaux) ne sont pas réapparus. »

Cryogénie et cataplasme d’argile

Les artisans vont procéder minutieusement pour refaire une beauté à l’édifice. « Les parements unis et moulurés seront nettoyés par cryogénie après traitement de l’ensemble par biocide, précise la ville. Les éléments de pierre cassés seront restaurés soit par ragréage, soit par greffe. »

Sur les bas-reliefs et les sculptures il est prévu d’appliquer des cataplasmes d’argile après un traitement biocide pour réaliser un dessalement de l’ouvrage. Une fois nettoyées, les sculptures seront renforcées voire complétées pour celles qui ont été dégradées. « La création de solins permettra l’évacuation rapide de l’eau et préservera les ouvrages exposés », complète la mairie. A la fin du printemps, la porte, classée monument historique depuis 1921, devrait avoir retrouvé tout son éclat.