Moins d'embauches, plus de précarité en 2009

Sophie Lemaire

— 

Dans le mur. Les métiers du bâtiment ne figurent plus dans l'enquête sur les besoins en main-d'oeuvre publiée hier par Pôle emploi. « Maçons qualifiés, charpentiers... d'habitude, ils sont très présents dans notre « Top 10 » des métiers qui recrutent. Ils ont disparu du classement 2009 », constate Aurélien Leroy, responsable des statistiques et des études à Pôle emploi. Une première qui traduit les difficultés rencontrées par une filière pourtant essentielle dans l'économie de la région. « Elle représente environ 10 % de l'emploi régional et 20 % des créations de postes, explique Maryse Dagnicourt-Nissant, directrice régionale de Pôle emploi. Mais pour la première fois, l'emploi n'a pas progressé dans cette filière au dernier trimestre 2008. C'est un élément marquant ».

Le BTP n'est pas le seul secteur à subir les effets de la crise. Plus globalement, la proportion des entreprises qui envisagent de recruter cette année est à la baisse : 16,9 % contre 24,1 % en 2008. Mais Pôle emploi préfère insister sur le positif. « Notre région résiste mieux que d'autres, précise Maryse Dagnicourt-Nissant. Grâce à la structure de son économie et à la nature des biens qu'elle produit. Agroalimentaire, pharmacie, chimie, aéronautique... ces secteurs phares de la région résistent mieux à la crise pour le moment. Et notre étude montre qu'il y a encore des besoins de recrutement. » Pas vraiment dans les transports ou l'industrie, deux autres recruteurs traditionnels qui sont cette année aux abonnés absents. Entreposage, réparation automobile, travail du bois et du papier sont aussi en retrait.

Pour 2009, les viviers d'emplois se situent plutôt dans l'hôtellerie-restauration, certains métiers du commerce (caissiers, VRP...) ou le service à la personne. Mais dans le contexte actuel, mieux vaut ne pas être trop exigeant sur la nature du contrat. En 2009 les CDI seront rares et les entreprises qui continueront d'embaucher le feront très souvent via des contrats saisonniers. ■