Ils veulent avancer groupés

Orianne Dupont

— 

Bien que les blocages, déblocages, grèves et reprises des cours s'enchaînent dans les universités bordelaises, les étudiants estiment que la mobilisation contre les réformes de l'enseignement supérieur est toujours aussi forte. « L'occupation a été reconduite à l'unanimité », indique Pauline, du comité de mobilisation de Bordeaux-III, en marge de l'assemblée générale interfac d'hier. « On n'a pas fait neuf semaines de grève pour rien, ils [les ministres] vont bien finir par céder. » Si les cours ont repris à Bordeaux-I et Bordeaux-IV, « sous la pression administrative », estime une étudiante, Bordeaux-II et Bordeaux-III ont revoté le blocage mardi et hier.

Si peu d'étudiants se sont rendus, hier, à la première AG interfac, les comités de mobilisation refusent de parler d'affaiblissement du mouvement. « Cette AG est informative, c'est pour mettre au point la coordination interuniversitaire. A Bordeaux-III, on est de plus en plus nombreux », avance même Joséphine, en IUT Métiers du livre. D'ailleurs, les étudiants de Bordeaux-III comptent jouer les prolongations, puisqu'ils ont interpellé le recteur à propos des examens. Ils souhaitent que l'année soit délivrée en fonction des résultats du premier semestre et organiser des rattrapages en juin ou en septembre. Une décision qui n'a pas été confirmée du côté de Bordeaux-III, pour qui les examens sont censés se dérouler du 28 avril au 7 mai. « Pour l'instant, il n'y a pas d'annulation », précise l'administration. Tout en confirmant son hostilité à la réforme, le président de l'université a prévenu que si les cours ne reprenaient pas avant le 27 avril, « il serait vain d'organiser des examens ». ■