Les prix des grands crus primeurs coulent de 40 %

— 

Ils ne représentent que 5 % des volumes produits dans le bordelais. Mais les grands crus vendus en primeur n'échappent pas à la crise mondiale. Les premiers prix du millésime 2008, dévoilés lundi par le château Angélus, sont en baisse de 40 % par rapport à l'an dernier. Les marges seront donc plus faibles cette année, pour les propriétaires comme pour les négociants. « Le marché demande des prix bas, surtout avec un euro fort. Tout le monde doit s'adapter », observe Archibald Johnston, président du directoire de la maison de négoce du même nom. Avec une clientèle essentiellement étrangère, cette institution s'attend à « passer une mauvaise année ». « Les stocks britanniques mis en vente actuellement perturbent le marché, car la livre est très basse », ajoute le négociant. Mais il n'y a pas que les grands crus à Bordeaux : la fédération des exploitants agricoles de la Gironde rappelle que « le bordelais produit des vins abordables, même en temps de crise, de 3 à 4 euros la bouteille ». ■ M. G.