Nouvelle-Aquitaine : Comment Way4Space veut faire décoller les projets du spatial

INNOVATION Cette nouvelle structure public-privé implantée à Saint-Médard-en-Jalles près de Bordeaux, veut notamment faire émerger des projets innovants concernant les futures missions spatiales et la maintenance de satellites en orbite

Mickaël Bosredon
— 
Moteur d'Ariane 6
Moteur d'Ariane 6 — Christophe Ena / POOL / AFP
  • Way4Space est une structure public-privé, lancée à l'initiative de la ville de Saint-Médard-en-Jalles, de Bordeaux métropole et de la région Nouvelle-Aquitaine, et rejointe par des industriels comme Ariane Group et Thalès.
  • L'idée est de rapprocher des gens travaillant dans différentes sphères et de mettre en valeur le domaine du spatial en Nouvelle-Aquitaine.
  • Le premier projet portera sur une nouvelle capsule de rentrée atmosphérique, et un groupe de réflexion travaille déjà sur la question des constellations de satellites.

S’ouvrir une voie (royale) vers l'espace… A la fois centre de réflexion et accélérateur de projets, la structure public-privé Way4Space a officiellement été inaugurée il y a quelques jours, dans ses locaux de Saint-Médard-en-Jalles, près de Bordeaux (Gironde).

Inauguration de Way4Space
Inauguration de Way4Space - ©Laurent Wangermez ? Way4Space

Lancée en septembre 2020 en mode préfiguration sous le nom de Space Hub, Way4Space « est une initiative des collectivités - mairie de Saint-Médard-en-Jalles, Bordeaux métropole et région Nouvelle-Aquitaine - qui a rapidement été rejointe par les industriels, Ariane Group, Dassault aviation et Thalès », explique Gosia Petaux, cheffe de projet Way4Space. Le secteur de la recherche - université de Bordeaux, CEA et association pour la rentrée atmosphérique (HyFAR-ARA) - est également de la partie.

Ariane Group « bousculé par Space X »

« Nous sommes dans une logique de faire communiquer des gens travaillant dans différentes sphères, allant de l’observation de l’environnement à la politique spatiale explique Pierre-André Baudart, directeur technique chez ArianeGroup, et directeur de Way4Space. L’idée est aussi de montrer que le spatial est très développé en Nouvelle-Aquitaine, même s’il pèse moins que l’aéronautique. » « Cela représente tout de même 10.000 personnes dont 3.000 rien que pour Ariane Group », pointe Antoinette Pedron, directrice de la communication.

Même si Ariane Group - qui vient d’annoncer la suppression de 600 postes en France et en Allemagne dont 250 postes sur ses trois sites girondins du Haillan et de Saint-Médard-en-Jalles – est actuellement « bousculé, notamment par Space X », il va y avoir « des opportunités à prendre dans le spatial », insiste Pierre-André Baudart. « Les utilisations, que ce soit pour les GPS, les communications ou l’environnement, vont être en forte croissance dans les prochaines années, soutient-il. Ces marchés vont nécessiter des lancements de satellites, et même de constellations de satellites, comme les projets OneWeb ou Kuiper. »

Il y aura « besoin d’intervenir sur les satellites »

C’est dans cette perspective que Way4Space veut « identifier les projets dans lesquels investir. » « Nous travaillons par exemple sur une capsule de rentrée atmosphérique avec le CEA et Ariane Group, en préparation des futures missions d’exploration, particulièrement la mission Mars Sample Return (MSR) qui est prévue dans une dizaine d’années, et qui consistera à aller chercher les échantillons que Perseverance est en train de récolter sur Mars, et de les ramener sur Terre. Cela nous permettra au passage de montrer les progrès que l’on a faits ces dernières années en termes de matériaux. »

La structure girondine veut aussi développer le thème de la maintenance en orbite, « on orbite servicing » ou « station-service de l’espace ». « Là, on est sur une échelle de 10 à 20 ans, prévient Pierre-André Baudart. Avec les méga-constellations, et d’autres plus petites dont on parle beaucoup moins, il y aura beaucoup de monde en orbite basse d’ici quelques années et nous aurons donc besoin d’intervenir sur les satellites, soit pour désorbiter un satellite qui serait tombé en panne, voire faire de la réparation ou de la production en orbite. »

Budget d’1,8 million d’euros au démarrage

Ancrée en Nouvelle-Aquitaine, Way4Space est parallèlement « ouverte à l’international ». « On veut aller chercher les meilleurs partenaires et sur certains sujets, ils sont sur d’autres territoires, comme les activités autour des lanceurs réutilisables, explique le responsable de la structure. Ce marché est mondial. »

La structure fonctionne avec un budget d’1,8 million d’euros pour son démarrage, qu’elle espère doubler d’ici à deux ans. « Notre objectif est de démarrer des projets de démonstration et de les faire mûrir dans les deux, trois ans », espère le directeur de Way4Space.