Bordeaux : Un bar à cookies qui cartonne, au pays des cannelés

GOURMANDISES Devant le succès rencontré par la première boutique, une seconde a ouverte dans le quartier Nansouty, à Bordeaux

Elsa Provenzano
— 
Un bar à cookies cartonne au pays des cannelés — 20 Minutes
  • L’enseigne bordelaise « Be my cookie » propose quatorze variétés de cookies artisanaux.
  • Devant le succès rencontré, elle a ouvert une seconde boutique à Nansouty au printemps, après l’ouverture de la première en juin 2019, rue des Remparts.
  • Engagée dans une démarche écoresponsable, l’enseigne s’approvisionne au maximum auprès de producteurs régionaux.

En poussant la porte de « Be my cookie », on est d’abord saisi par l’odeur sucrée et réconfortante des pâtisseries au four puis on découvre sous la vitrine de beaux gâteaux ronds. « Ils ne sont pas de tailles similaires mais ont le même poids, commente Alexandra Maillet, l’une des créatrices de l’enseigne bordelaise. A la cuisson, ils font un peu ce qu’ils veulent : on peut en trouver un cabossé par un morceau de noix ou un autre déformé par du chocolat, ce ne sont pas des cookies industriels. »

La boutique, située rue des Remparts, a ouvert en juin 2019 et depuis, son succès ne se dément pas. Une seconde, avec un laboratoire de cuisine plus grand, a même ouvert au printemps dernier, dans le quartier Nansouty.

« Pas des sablés aux pépites de chocolat »

Laure, Zoé et Alexandra gèrent le working café « Le buro des possibles », à Saint-Michel. Zoé, pâtissière franco-américaine, proposait à la carte des cookies dont elle a affiné la recette pendant un an « pour retrouver les cookies américains et pas les sablés aux pépites de chocolat qu’on trouve souvent en France » raconte Alexandra Maillet. Sa recette rencontre beaucoup de succès auprès des clients dont certains viennent spécialement pour déguster les fameux cookies. A partir de là naît l’envie de proposer une petite boutique dédiée à ces pâtisseries, déclinées en quatorze saveurs dont le « tradi », aux noix et au chocolat noir.

L’enseigne en propose au thé matcha, au piment d’Espelette, au caramel, aux pistaches et au citron, les déclinaisons sont nombreuses mais ce sont encore les recettes les plus classiques qui ont le plus de succès. Le « tradi » existe en version sans gluten et un cookie végan est aussi en vente. Parmi les clients, des fidèles du quartier mais aussi beaucoup de touristes dans cette rue très passante, proche de l’hôtel de ville. « C’est une pâtisserie américaine mais là c’est un produit bordelais, fait ici artisanalement », souligne Alexandra Maillet. A l’heure du goûter, en particulier le week-end, c’est le pic d’affluence de la boutique et certains appellent pour mettre de côté les cookies dont la cuisson est stoppée une heure avant la fermeture. Les macarons sont vendus entre 2,60 et 3,10 euros, selon les variétés.

Une démarche écolo

Les œufs et la farine sont achetés directement aux producteurs, le beurre arrive en mottes de dix kilos pour limiter les emballages et certains ingrédients comme le piment d’Espelette et la noix du Périgord, sont de la région. Le chocolat noir est bio et équitable. L’entreprise Bicycompost passe toutes les semaines pour récupérer les biodéchets et tous les contenants pour la vente à emporter sont compostables. « Les invendus du jour vont dans une boîte anti gaspi, les cookies y sont vendus six euros les trois, sachant qu’ils se conservent très bien trois jours à température ambiante », précise Alexandra Maillet. Des livraisons sont aussi organisées en lien avec les coursiers bordelais. L’enseigne « Be my cookie » aimerait se développer davantage dans le secteur des événements privés, tenant à démontrer que non, il n’y a pas que les cannelés à Bordeaux.