La forêt girondine s'enflamme

Marion Guillot

— 

Un début de printemps à hauts risques pour la forêt girondine. Vendredi, une vingtaine d'hectares de pins ont brûlé à Sainte-Hélène, dans le Médoc. Après ceux survenus à Saint-Magne, mardi, et Audenge, jeudi, c'est le troisième incendie de cette ampleur en moins d'une semaine. « Près de 70 hectares ont été détruits par ces trois feux », indique le commandant Jean-Paul Larrouy-Castéra, du service départemental d'incendie et secours de la Gironde. Sans compter les « deux hectares atteints par une dizaine de départs de feux samedi ». Face à cette situation, l'association Défense de la forêt contre les incendies (DFCI) d'Aquitaine appelle toujours à la vigilance.

« En risque sévère d'incendie », selon la DFCI, la Gironde connaît pourtant des conditions climatiques et hygrométriques normales pour la saison. « Ce qui n'est pas habituel, c'est l'état des sous-bois », souligne le commandant Larrouy-Castéra. Encore encombrées par les débris de la tempête du 24 janvier, les forêts « sont remplies de combustible. » Une situation qui complique également l'accès des secours. Le préfet a d'ailleurs demandé du renfort : jeudi, deux Canadairs sont arrivés de Marignane, pour intervenir en zone isolée. Ils resteront stationnés en Gironde jusqu'à la fin de l'alerte, ce soir. ■