Bordeaux : Qu’est-ce que c’est « l’urbanisme perforé » de Winy Maas que l’on voit sur la rive droite ?

ARCHITECTURE Winy Maas est venu à Bordeaux ce jeudi défendre l’architecture complexe de l’immeuble Ilot Queyries, sur la rive droite, qui fait beaucoup parler

Mickaël Bosredon
— 
L'immeuble Ilot Queyries à Bordeaux propose 282 appartements avec un grand jardin partagé
L'immeuble Ilot Queyries à Bordeaux propose 282 appartements avec un grand jardin partagé — Mickaël Bosredon/20Minutes
  • L’immeuble Ilot Queyries sur la rive droite de Bordeaux est un des bâtiments qui fait le plus parler dans la ville.
  • Derrière la façade de cet immeuble qui culmine à neuf étages, se trouve un spectaculaire ensemble de 200 mètres de long conçu autour d’un grand jardin paysager.
  • L’architecte néerlandais est en train d’achever une autre réalisation sur la rive droite, le non moins étonnant immeuble Green Valley.

C’est un des bâtiments qui fait le plus parler à Bordeaux. Notamment depuis la rive gauche, où l’on voit sa blancheur éclater et son toit en pointe dépasser des arbres… L’immeuble Ilot Queyries, sur la rive droite, a officiellement été achevé jeudi, a annoncé l’agence néerlandaise MVRDV de l’architecte Winy Maas, même si la livraison des 282 appartements - dont 128 logements sociaux - s’effectue progressivement depuis plusieurs mois déjà par le promoteur Kaufman&Broad.

A la pointe de l'immeuble Ilot Queyries, au neuvième étage, s'installera un restaurant.
A la pointe de l'immeuble Ilot Queyries, au neuvième étage, s'installera un restaurant. - Mickaël Bosredon/20Minutes

Cet immeuble, conçu en partenariat avec les architectes locaux Flint, se situe au cœur d’un ensemble composé de quatre bâtiments tous réalisés par MVRDV aux côtés de Joubert Architecture. Situé à la limite mais en dehors du périmètre de la ZAC Bastide-Niel [un projet de  Bordeaux Métropole Aménagement  coordonné par Winy Maas], l’Ilot Queyries, avec ses toits découpés en pentes afin de fournir un maximum de ventilation, de lumière naturelle et d’ensoleillement au bâtiment et à ceux voisins, a servi de test pour le plan directeur de Bastide-Niel.

« Ce sont ces pentes de toit qui créent un bâtiment complexe »

Les pentes des toits de l’Ilot Queyries varient entre 14 et 45 degrés en fonction de leur rapport au soleil. C’est ce qui participe aussi à la ventilation naturelle entre les bâtiments, de même que les larges ouvertures percées en pied d'immeuble, ouvrant sur des terrasses parfois végétalisées. « C’est ce que l’on appelle l’urbanisme perforé », explique Winy Maas, venu à Bordeaux ce jeudi présenter sa réalisation. « Cela permet d’apporter suffisamment de vent l’été entre les bâtiments, mais pas trop pour éviter d’accentuer l’effet des tempêtes l’hiver. »

« Ce sont ces pentes de toit qui créent un bâtiment complexe, poursuit l’architecte, et avec une toiture coupée jusqu’à 45°, cela donne un immeuble un peu plus haut que les autres, jusqu’à neuf étages à son point culminant. Mais c’est bien que l’on puisse observer depuis la rive gauche cette émergence, sans que cela soit non plus un immeuble de grande hauteur. Cela donne une certaine présence à ce quartier. » Il reconnaît toutefois que « si certains trouvent ce bâtiment beau, pour d’autres il est incompréhensible ».

Déception que le parc intérieur ne soit pas ouvert au public

Le résultat est en tout cas étonnant. Car derrière la façade, s’étend un spectaculaire bâtiment sur cour, de forme irrégulière de près de 200 mètres de long. La cour de 5.200 m2 offre aux résidents un parc composé de 83 aulnes et bouleaux et d’une variété de graminées. Ce qui contraste avec les façades intérieures revêtues d’un stuc texturé rouge vif.

Vue arrière de 'immeuble Ilot Queyries sur la rive droite à Bordeaux
Vue arrière de 'immeuble Ilot Queyries sur la rive droite à Bordeaux - MVRDV

Si Winy Maas est ravi du résultat, il ne cache pas sa déception sur un élément : que ce parc intérieur ne soit pas ouvert au public. « C’était pourtant dans le contrat de départ, mais ce point fait désormais l’objet d’une discussion avec les propriétaires, et pour le moment les accès à l’immeuble sont fermés par des grilles. C’est très spécifique à la France, et peut-être encore plus à Bordeaux, que de fermer ainsi l’accès à des espaces verts. Je déteste cela, et pour moi c’est un point de frustration. »

Appartements traversants avec double exposition

Interrogée à ce sujet, une résidente de l’immeuble estime que « l’on pourrait peut-être l’ouvrir jusqu’à une certaine heure et fermer le soir, pour une question de sécurité. » Ancienne habitante du centre de Bordeaux, elle est en tout cas ravie de son nouveau cadre de vie. « C’est très calme, on est en ville sans être en ville. Au départ j’ai eu un peu peur que l’appartement soit sombre, mais pas du tout c’est très lumineux. »

Quasiment tous les appartements sont effectivement traversants, avec une double exposition. Et certains offrent une vue magnifique sur le Bordeaux classé Unesco de la rive gauche. Ce sera notamment le cas depuis la verrière du sommet de l’immeuble, au neuvième étage, qui accueillera prochainement un restaurant, sur trois niveaux.

« Minimum deux heures d’ensoleillement par jour et par logement »

L’idée générale du bâtiment « est de faire de la densité, mais en respectant une intimité pour les habitants », poursuit l’architecte. La même idée poursuivie pour l’ensemble de la ZAC Bastide-Niel située juste à côté, et qui prend forme. Et il s’agira bien d’un quartier « écologique » assure Winy Maas, avec de petites ruelles, et « 50 % d’espaces publics, ce qui est énorme », même si la nouvelle majorité verte à la mairie de Bordeaux a demandé davantage de verdure dans ce périmètre de 38 hectares qui doit accueillir environ 3.500 logements.

L'architecte Winy Maas
L'architecte Winy Maas - Mickaël Bosredon/20Minutes

La conception des bâtiments doit en tout cas garantir « un minimum de deux heures d’ensoleillement par jour et par logement dans tout le quartier, y compris le 21 décembre, ainsi qu’une ventilation naturelle », assure Nicolas Land, directeur de MVRDV France.

Construction de l'immeuble Green Valley de l'architecte Winy Maas, quai de Queyries à Bordeaux
Construction de l'immeuble Green Valley de l'architecte Winy Maas, quai de Queyries à Bordeaux - Mickaël Bosredon/20Minutes

L’immeuble Green Valley du promoteur Pichet, également conçu par Winy Maas, doit y participer. Il s’agit d’une autre réalisation architecturalement étonnante, et qui devrait aussi faire parler. « Ici, c’est la configuration de l’îlot qui m’a donné l’idée de cette forme, inspirée d’une espèce de bombe verte, ou de cratère », explique Winy Maas. Quelque 70 logements, tous en accession à la propriété, et un restaurant en rez-de-chaussée, ont été conçus autour d’un jardin intérieur. Qui sera, lui, ouvert au public, l’architecte le garantit.