La baisse des tarifs à l'étude

— 

La pression des usagers a fait bouger la direction de Gaz de Bordeaux. Hier, le directeur général Jean-Charles Palau a annoncé une série de mesures pour apaiser la grogne des clients, très remontés par la hausse des tarifs d'abonnement (jusqu'à 240 %) survenue le 1er octobre. En France, ils sont aujourd'hui les plus chers du marché... La société va ainsi demander à la Commission de régulation de l'énergie (CRE) de revenir à l'ancienne tarification de juillet 2008 à compter du 1er avril prochain. La CRE, qui a validé la modification, serait même à l'origine de cette restructuration de tarifs. « On nous a mis la pression tout l'été, en nous disant qu'il fallait se mettre en conformité avec les nouvelles règles européennes, qui visent l'ouverture du marché du gaz à la concurrence », explique Jean-Charles Palau. « Mais nous sommes les seuls à l'avoir fait et nous avons déjà perdu 77 clients. » « Plus d'une centaine », selon Guy Rollin, de la CGT Energie, qui regrette que Bordeaux ait servi de « ville-test pour la CRE ». ■