Bordeaux : Un téléphérique entre les deux rives envisagé d'ici à 2026 par la métropole

MOBILITE L’idée serait de faire passer ce téléphérique au-dessus de la Garonne, entre le quartier de la Cité du Vin et Lormont sur la rive droite

Mickaël Bosredon
— 
Les cabines du téléphérique toulousain ont fonctionné pour la première fois ce 28 juillet 2021.
Les cabines du téléphérique toulousain ont fonctionné pour la première fois ce 28 juillet 2021. — B. Colin / 20 Minutes
  • Le président de la métropole Alain Anziani a annoncé ce vendredi qu’il allait plaider en faveur d’un téléphérique à Bordeaux.
  • Le projet verrait le jour entre le quartier Achard où se situe la Cité du Vin, et Lormont sur la rive droite.
  • Alain Anziani s'est dit en revanche prudent sur la question d'un nouveau pont au nord de Bordeaux.

Un téléphérique à Bordeaux ? La métropole a en tout cas confirmé ce vendredi, lors de la présentation de son schéma des mobilités, qu’elle y réfléchissait sérieusement.

Avec une capacité de 10.000 à 13.000 voyageurs par jour, ce n’est évidemment pas cela qui réglera les problèmes de congestion sur la route et de saturation des transports. Mais il offrirait un franchissement supplémentaire de la Garonne, et, comme l’a ajouté le président de la métropole Alain Anziani, « c’est aussi un outil de tourisme. » « Partout où le téléphérique existe, il est très fréquenté par les touristes, et là il offrirait une vue sur Bordeaux. »

« Est-ce qu’un téléphérique dans le ciel est compatible avec la réglementation Unesco ? »

La ligne de téléphérique envisagée « serait créée entre Lormont-Buttinière et Bordeaux-Achard, près de la Cité du Vin » précise Alain Anziani. D’environ deux kilomètres, elle verrait le jour « aux alentours de 2026, peut-être avant » et coûterait quelque « 40 millions d’euros. » Dans son étude, Bordeaux Métropole qui évoque plutôt 10.000 voyageurs par jour et un coût de 50 millions d'euros, estime le temps de trajet entre 10 et 14 minutes selon les scénarios, « ce qui permettrait de décharger la ligne A » du tramway.

« Mais il y a plusieurs difficultés, prévient le président de la métropole, la principale étant les règles de l’Unesco : est-ce qu’un téléphérique dans le ciel est compatible avec la réglementation Unesco de protection de la ville de Bordeaux ? » C’est pourquoi la métropole « étudie la façon de contourner les zones protégées par l’Unesco, pour faire en sorte qu’il n’y ait pas de conflit. »

L’autre difficulté du téléphérique, « est qu’il faut l’interrompre trois semaines par an pour des questions de maintenance. » Et il y a « l’acceptabilité par les habitants. » C’est pour cela que « la question de l’itinéraire est majeure ». La desserte doit aussi faire encore l’objet d’arbitrages. « Pour le moment nous voudrions qu’il aille jusqu’à Lormont, mais nous voudrions faire en sorte que les Cenonnais puissent aussi monter, donc il faudra peut-être un pylône supplémentaire du côté de Cenon. »

« Comment conjuguer les emprises d’un nouveau pont avec les activités du port ? »

En revanche Alain Anziani s’est dit « prudent » sur la question d’un nouveau pont au nord de Bordeaux. « Un pont, cela ne concerne pas que les habitants de la métropole, cela peut être pour des gens qui viennent de beaucoup plus loin, ce ne sont pas les mêmes usagers. Et un pont ça coûte cher, ça pose des difficultés logistiques et techniques avec des emprises considérables. Sur la rive droite, comment conjuguer ces emprises avec les activités du port, et sur la rive gauche il arriverait où ? Du côté de Blanquefort ? Il faut vraiment que l’on soit persuadé qu’un pont aurait un effet important sur le trafic avant de l’étudier. »

Les retards considérables pris dans la livraison du pont Simone-Veil, qui ne sera prêt qu’en 2024, ont-ils par ailleurs échaudé la métropole ? « Non, assure Alain Anziani. C’est derrière nous, et maintenant on maîtrise mieux la difficulté du fleuve. »

Enfin, Alain Anziani a confirmé que la métropole allait « doubler le nombre de batcub [navettes fluviales] » pour faire en sorte que cela devienne « un vrai moyen de transport » entre les deux rives.