Deux mois de répit pour les souris

— 

Enfin une bonne nouvelle pour les ostréiculteurs du bassin d'Arcachon. Démoralisés par les mortalités de naissains (larves) l'été dernier, les crises de toxicité inexpliquées et la tempête du 24 janvier, ils viennent d'obtenir un raccourcissement de deux mois de la période à risque. Jusqu'ici, du 1er mars au 1er octobre, des tests hebdomadaires de toxicité étaient pratiqués par l'Ifremer sur des souris, à qui on injectait un broyat d'huîtres. Cette année, les tests ne commenceront que le 6 avril, pour se terminer le 6 septembre. En effet, aucune crise n'a été constatée sur mars et septembre depuis 2004. Une modification qui offre un peu de répit aux professionnels. « C'est un petit pas », admet Jean-Charles Mauviau, directeur de la section régionale conchylicole. Mais dans les 350 entreprises du bassin, l'inquiétude reste profonde : tempête et mortalités de naissains entraîneraient 8 à 12 millions d'euros de pertes. Une demande d'indemnisation au titre des calamités agricoles a été transmise au ministère. ■M. G.