Gironde : Des tiny houses fabriquées sur-mesure près de Bordeaux

MINI MAISON L'entreprise Bimify est installée à Sainte-Hélène et emploie deux salariés, menuisiers de formation 

Elsa Provenzano

— 

Alexandre Auger, gérant de Bimify, avec à gauche Florian Barrot et à droite Adrien Vernier, tous les deux menuisiers.
Alexandre Auger, gérant de Bimify, avec à gauche Florian Barrot et à droite Adrien Vernier, tous les deux menuisiers. — E.Provenzano / 20 Minutes
  • Bimify est une entreprise installée à Sainte-Hélène près de Bordeaux et qui propose des tiny houses en kit ou assemblées et aménagées sur-mesure.
  • Les premiers clients intéressés pensent à ce petit habitat comme un moyen de récupérer des revenus complémentaires, en le proposant à la location.
  • Le fondateur de Bimify pense déjà à l’aménagement d’autres petits espaces comme les containers ou les yourtes.

Petites mais avec tout ce qu’il faut à l’intérieur, selon ses besoins. Les tiny-houses fabriquées par l’entreprise Bimify, créée en 2019 et installée récemment à Sainte-Hélène près de Bordeaux, peuvent être proposées en kit à monter soi-même ou livrées clé en main, avec un aménagement intérieur sur-mesure. Ces maisons compactes et écologiques vont à l’essentiel et trouvent de plus en plus d’écho auprès d’un certain public à la recherche d’une vie plus près de la nature. « Le principe c’est de changer de mode de vie, de vivre davantage à l’extérieur et pas de rester cloîtré dans 14 m2 », prévient d’entrée Alexandre Auger, le gérant de Bimify.

La structure métallique de la tiny house est très robuste.
La structure métallique de la tiny house est très robuste. - E.Provenzano / 20 Minutes

Loin du style mobil-home, les tiny-houses bardées de peupliers de Bimify ont une allure très moderne et séduisent, pour le moment, principalement des personnes qui veulent arrondir leurs fins de mois en proposant une location dans leur jardin. Dans le grand hangar de l’entreprise, on tombe d’abord sur une tiny dont seule l’ossature métallique est montée. « C’est la Tiny cosy, un modèle avec double mezzanine qui ne dépasse pas quatre mètres de hauteur car c’est pour un client qui vit en Belgique, où la hauteur des véhicules ne doit pas dépasser cette hauteur, détaille Alexandre Auger. Le tout fait environ 25 m2, condensé sur une remorque qui fait 6, 60 mètres de long, 2, 40 mètres de larges et 4 mètres de haut ». Ce client veut développer ce type de location en Belgique.

Une tiny à louer ou pour travailler

Un peu plus loin, une autre tiny est beaucoup plus avancée : le bardage extérieur est terminé, l’isolation bien avancée et on visualise le résultat final. « C’est pour une cliente qui est psychothérapeute, elle veut s’en servir comme une extension de son habitation pour recevoir des patients », raconte Alexandre Auger. La cliente a demandé l’installation de panneaux solaires qui permettront d’alimenter sa tiny-house en électricité. Le fondateur de Bimify est intarissable sur les potentialités de ce modèle de logement : « on peut tout imaginer dans ces espaces, des tiny-salons de coiffure, des tiny-snacks, des tiny-coworking etc. »

Il faut à peu près un mois
Il faut à peu près un mois - E.Provenzano / 20 Minutes

A l’intérieur de la tiny-cabinet de consultation, on trouvera des toilettes sèches et une grande douche dans une salle d’eau fermée par une porte à galandage qui offre un gain de place important. « Il n’y a pas de hauteur standard, commente Alexandre Auger. On n’a pas le choix, on est obligés de faire du sur-mesure. » Ses deux menuisiers Florian Barrot et Adrien Vernier, doivent constamment se creuser la tête et trouver des solutions pour adapter les matériaux qui ne sont pas prévus pour se retrouver dans cet habitat hors des standards. Sur beaucoup d’aspects comme l’isolation et la ventilation, Bimify a fait le choix de se conformer à la réglementation en matière de bâtiment puisqu’il n’existe pas de règles propres à ses petits logements.

De 65.000 à 90.000 euros

Pour une tiny clé en main, toute équipée, il faut compter entre 65.000 à 90.000 euros en fonction des options. C’est beaucoup moins cher en kits, mais il faut être bricoleurs et un peu équipés pour s’en sortir. On ne s’improvise pas auto-constructeurs du jour au lendemain. Les Tiny s’installent sur des terrains constructibles de préférence mais il peut y avoir des dérogations dans certains cas. Pour les plus aventuriers, sachez qu’on peut être autonomes dans une tiny mais il faut un puits ou une rivière à proximité et installer un système de filtrage de l’eau. « On peut se raccorder au réseau des eaux usées et au système électrique, explique Alexandre Auger. Il y a beaucoup de possibilités, on s’adapte en fonction des demandes des clients. » On peut déplacer sa tiny, installée sur remorque, mais la plupart des clients qui se sont rapprochés de la société souhaitent un logement sédentaire.

Vivre mieux avec moins, c’est un peu l’état d’esprit qui anime une certaine catégorie de clients intéressés par ces petits habitats écologiques. Mais, pour les jeunes couples avec un budget restreint, le prix des terrains, très élevé en Gironde en particulier à proximité de Bordeaux, peut être un obstacle. Par contre, pas besoin de permis de construire, une déclaration préalable suffit. Bimify a déjà trois autres commandes à traiter et reçoit de nombreuses sollicitations.

En ce moment, les délais de livraison sont de quatre à six mois, en raison de problème d’approvisionnement en matériaux. Sans eux, l’idée est de livrer dans un délai de deux à trois mois. La tiny house est garantie deux ans et l’entreprise assure le SAV. Une fois son équipe aguerrie à l’aménagement de petits espaces, Alexandre Auger s’imagine bien se tourner vers d’autres habitats comme les yourtes et les containers.