La forêt d'Aquitaine reste au point mort

— 

Statu quo entre le gouvernement et les sylviculteurs. Lors de la dernière réunion, hier, entre le ministre de l'Agriculture, Michel Barnier, et l'interprofession, les aides gouvernementales ont été finalisées. Ce « plan ambitieux » prévoit 600 millions d'euros de prêts bonifiés, 415 millions d'euros (contre 300 millions initialement) de 2009 à 2017 pour le nettoyage et le reboisement, des aides pour le transport à partir de 150 km, pour le stockage et les mesures fiscales mises en oeuvre en 2000 sont reconduites. « Nous maintenons le mot d'ordre, nous ne replanterons pas et nous allons voir comment réagir », affirme Eric Dumontet, secrétaire général adjoint du syndicat des sylviculteurs du Sud-Ouest qui estime que les mesures faites sont loin de ce qui est nécessaire. ■O. D.