Bordeaux : Bel Horizon, collectif de musique électronique, sort une très belle vidéo d’un set tourné en haut du pont Chaban-Delmas

HAUT VOL Un collectif de jeunes DJ bordelais et arcachonnais, Bel Horizon, vient de sortir une vidéo d’un set tourné… sur une pile du pont Chaban-Delmas, à 57 mètres de hauteur

Mickaël Bosredon

— 

Bel Horizon, un collectif de musique électronique, a tourné un set vidéo le 19 mai, en haut d'une pile du pont Chaban-Delmas à Bordeaux
Bel Horizon, un collectif de musique électronique, a tourné un set vidéo le 19 mai, en haut d'une pile du pont Chaban-Delmas à Bordeaux — Bel Horizon/Drone 33
  • Bel Horizon a sorti cette semaine une vidéo d'un set tourné en haut du pont Chaban-Delmas à Bordeaux.
  • Ce collectif de jeunes DJ s’était déjà distingué l’an passé en tournant au phare du Cap-Ferret.
  • Cette idée de réaliser des vidéos dans des lieux insolites, est née de la nécessité de continuer à se développer alors que la crise du Covid-19 empêchait toute prestation scénique.

De plus en plus haut… Le collectif de musique électronique Bel Horizon, n’a peut-être jamais aussi bien porté son nom. Après avoir tourné l’an dernier à 52 mètres de hauteur au phare du Cap-Ferret, il vient de frapper encore plus fort en proposant une vidéo réalisée… sur une pile du pont Chaban-Delmas à Bordeaux, à 57 mètres du sol…

Le très beau teaser de 3’45 sorti cette semaine sur les réseaux sociaux donne déjà sacrément l’eau à la bouche, et on a hâte de découvrir la vidéo complète, à partir du 9 juillet. Théo Guillonneau, l’un des membres du collectif, raconte à 20 Minutes cette belle aventure.

Le collectif de musique électronique Bel Horizon a tourné un set d'1h30 en haut du pont Chaban-Delmas, à Bordeaux
Le collectif de musique électronique Bel Horizon a tourné un set d'1h30 en haut du pont Chaban-Delmas, à Bordeaux - Bel Horizon/Drone 33

« Un environnement spécial »

« Après le phare du Cap-Ferret, on cherchait un autre lieu emblématique de la région, nous nous sommes rapprochés de Bordeaux Métropole pour différents endroits, notamment le pont Chaban-Delmas, et le projet a plu, raconte le jeune Arcachonnais. Cela a été très compliqué à mettre en place, car c’est un environnement spécial avec un pont qui se lève à certaines heures, des ascenseurs très petits ce qui était contraignant pour monter tout notre matériel, et il nous a fallu obtenir une convention d’occupation temporaire du domaine public… Mais ça a fini par se faire, et on a tourné le 19 mai dernier, toute une matinée, pour un set final d'1h30, filmé avec un partenaire, Drone 33. »

Le collectif Bel Horizon a réalisé un set en haut d'une pile du pont Chaban-Delmas à Bordeaux, filmé par Drone 33.
Le collectif Bel Horizon a réalisé un set en haut d'une pile du pont Chaban-Delmas à Bordeaux, filmé par Drone 33. - Bel Horizon

L’idée de filmer des sets dans des lieux insolites, est née de la crise du Covid-19. Aujourd’hui composé de neuf membres, des Arcachonnais et Bordelais âgés entre 20 et 24 ans, le collectif s’est créé fin 2019. « On s’est très vite pris la pandémie, poursuit Théo. Avec l'impossibilité de poursuivre nos live, on a cherché de nouveaux formats pour continuer à se développer, c’est là qu’on a eu l’idée d’enregistrer ces sets vidéo, pour les diffuser sur YouTube. On a fait des tournages sur le bassin, dans un château à Saint-Emilion, au phare du Cap-Ferret, ce dernier nous permettant notamment de nous faire connaître. »

Le collectif de musique électronique Bel Horizon, sort un teaser de son set vidéo tourné en haut du pont Chaban-Delmas à Bordeaux
Le collectif de musique électronique Bel Horizon, sort un teaser de son set vidéo tourné en haut du pont Chaban-Delmas à Bordeaux - Bel Horizon/Drone 33

Bientôt le gouffre de Padirac ?

Le but de Bel Horizon reste toutefois « de retourner rapidement au contact du public, c’est ça qui nous anime. » Ce qui sera chose faite dès cet été. « On a pas mal de live programmés, on a hâte car cela nous manque de ne plus faire de scène avec les gens qui dansent. Et autour de nous on sent cette envie de refaire la fête… Il y a un vrai engouement. »

Mais le collectif veut aussi poursuivre parallèlement cette aventure de sets filmés. Et ne vise pas nécessairement de plus en plus haut, puisque figure aussi comme potentiel lieu de tournage... le gouffre de Padirac (Lot). A 75 mètres sous terre cette fois-ci.