Des aides au décollage pour les PME

Stéphanie Lacaze et Marion Guillot

— 

L'après Livre blanc se prépare en Aquitaine. Alors que la loi de programmation militaire (2009-2013) prévoit la réorganisation des moyens affectés à la défense nationale, le président PS du conseil régional, Alain Rousset, a présenté la semaine dernière un plan visant à préserver l'emploi industriel aquitain. Pour contrer la décélération annoncée du Rafale et du M51, deux programmes phares de la région, le conseil régional va soutenir le développement d'autres filières : celle des drones (avions sans pilotes) notamment, qui émerge en Aquitaine et qui compte déjà plusieurs start-up comme Aéroart, à Mérignac.

Fondée en 2007 par une poignée d'étudiants, la société Aéroart conçoit et fabrique des drones. Elle mise beaucoup sur le retard de l'Europe dans ce domaine. « Aujourd'hui, seuls Israël et les Etats-Unis ont vraiment développé ces appareils », constate Serge Versillé, un des créateurs d'Aéroart. Il existe en effet de multiples applications possibles dans les domaines civil et militaire : « Notre projet de base était un drone amphibie, un avion qui peut aller sous l'eau, à destination des océanographes. Puis nous avons élargi la gamme », poursuit Serge Versillé. Le dernier-né d'Aéroart s'appelle donc Avès, un drone multifonctions conçu comme un couteau suisse, qui peut à la fois porter une caméra embarquée mais aussi servir de cargo médical dans des zones difficiles. L'entreprise ne prospecte pas qu'auprès de l'armée ou des douanes. « Dans le civil, on sonde les organismes scientifiques comme Météo France ou l'Ifremer pour voir quels sont leurs besoins. Le Cemagref nous a déjà dit qu'il pourrait se servir d'un drone pour faire du comptage de poissons équipés de capteurs », soulignent les responsables d'Aéroart. Seul frein pour l'instant, les drones n'ont pas encore le droit de voler. Ils devraient obtenir leur certification en 2013. Selon les estimations de la région Aquitaine, le marché des drones pourrait être mature en 2015 et représenter plusieurs milliards d'euros. ■