Le « Ré-veille » salutaire du réseau

— 

« Bordeaux affiche une réelle volonté pour lutter contre les discriminations », avoue Abdou Chaoui, président de l'association Boulevard des potes. En effet, la ville se flatte d'être la première grande ville à mettre en place un réseau de veille contre les discriminations, nommé «Ré-veille». Hier, les correspondants locaux de la Halde (Haute autorité de lutte contre les discriminations) ont rencontré les conseillers de quartiers et les représentants du Cobade (Comité bordelais de veille et d'action contre les discriminations et pour l'égalité). La mairie essaie ainsi de remobiliser. « Au-delà des symboles, il faudait prendre la question à bras-le-corps » ajoute Abdou Achaoui. En effet, si l'intention est louable, les associations attendent des actions concrètes. « Il faut réactiver des outils comme le Cobade. Quand on sait que pour SOS Homophobie, la Gironde est le département qui reçoit le plus d'appel », demande Jean-Christophe Testu, président de l'association gay et lesbienne Le Girophare. ■J. M.