Bordeaux : Un hôtel de luxe ouvre dans l'ancien institut de zoologie

AMBIANCE EXOTIQUE L'hôtel Zoologie se situe cours de la Marne à Bordeaux et a été transformé après environ six ans de travaux

Elsa Provenzano

— 

Bordeaux: On vous fait visiter l'hôtel qui s'est installé dans l'ancien institut de zoologie — 20 Minutes

A la rigueur c’est un steak que vous disséquerez dans le restaurant La Zoologie de Bordeaux. Cela fait plus de vingt ans que les sciences naturelles ne sont plus enseignées dans cet immeuble du cours de la Marne qui a hébergé l’Institut de zoologie de l’université de Bordeaux.

En transformant le lieu en un hôtel de luxe, les propriétaires, Hélène et François Touber, ingénieurs agronomes, ont eu à cœur de parsemer l’établissement de clins d’œil à ce passé peu banal. Leur projet a séduit l’établissement public d’aménagement (EPA) Euratlantique qui restructure l’ensemble du quartier, proche de la gare Saint-Jean.

Un hommage à la mémoire du lieu

On y trouve maintenant un bar-restaurant, un rooftop, un spa et un hôtel de luxe quatre étoiles baptisé l’hôtel la Zoologie qui avait ouvert brièvement en septembre 2020, et accueille de nouveau des clients depuis quelques jours. « On préfère que cela n’ait pas l’air d’une réception, que ce ne soit pas normé » commence d’entrée Stanislas de Sparre, directeur de l’Hôtel, lors d’une visite à la presse. Pour marquer encore davantage la différence de son établissement, il a été décidé de renoncer aux cartes magnétiques pour des clés et d’user de stylos-plumes et de papiers buvards à la réception, pour plonger les clients « hors du temps ».

La clientèle est intriguée par l’extérieur du bâtiment et se renseigne beaucoup sur ce qu’il abrite. Et une fois à l’intérieur, elle ne déchante pas. « On a essayé de garder les petites touches qui permettent de se rappeler la mémoire du lieu, on a installé énormément d’animaux, précise le directeur. Il y a la partie historique dédiée à la zoologie et deux autres parties (dans l’extension plus récente) consacrées à la botanique et à la géologie. »

Peu d’éléments historiques ont pu être conservés. Les écritures « anatomie comparée » et « embryogénie » font partie des exceptions. Elles ont été découvertes « par hasard derrière des plaques de marbre », et remises en état. La plupart des animaux et pièces de collection ont été inspirés par l’histoire des lieux sans y appartenir. On trouve par exemple une collection de coraux, des éclatés de crabe royal et de langouste. Tout a été fait en tout cas pour que le bâtiment retrouve de sa superbe.

Un toit-terrasse ouvert à tous

Le restaurant d’une vingtaine de couverts à l’intérieur et d’une quarantaine actuellement en terrasse propose une carte fréquemment renouvelée concoctée à base de produits frais et locaux. Aucune chambre ne se ressemble mais elles sont toutes spacieuses, haut de gamme et avec des matériaux nobles (béton ciré, argile au sol etc.) Quelque 150 espèces végétales ont été plantées dans le jardin intérieur de l’hôtel sur lequel donnent certaines chambres.

Les bonus de l’établissement ce sont un toit-terrasse qui ouvrira mi-juillet et un spa de 300 m2, accessible à partir du 15 juin. Les deux espaces seront ouverts à tous et non réservés à la clientèle de l’hôtel et du restaurant. Evasion assurée.