Coronavirus à Bordeaux : Gros couacs à l'ouverture du centre de vaccination de Bacalan

EPIDEMIE Des dizaines d’habitants du quartier Bacalan, à Bordeaux, ont été refoulés ce mercredi du centre de vaccination ouvert spécifiquement pour éradiquer le cluster apparu après l'émergence d'un variant

Mickaël Bosredon

— 

Coronavirus à Bordeaux : Colère de dizaines d'habitants du quartier Bacalan refoulés du centre de vaccination — 20 Minutes
  • L’apparition d’un variant du Covid-19 est à l’origine d’un cluster depuis vendredi dernier dans le quartier Bacalan à Bordeaux.
  • Pour lutter contre cette mutation, un centre de vaccination spécifique a ouvert ses portes ce mercredi.
  • Mais de nombreux habitants qui se sont présentés n’ont pas pu y accéder, après un couac de communication sur la prise de rendez-vous.

L’Agence régionale de santé (ARS) et le maire de Bordeaux Pierre Hurmic avaient fait le déplacement ce mercredi, pour l’ouverture du centre de vaccination de Bacalan, mis en place afin de lutter contre le variant à l’origine d’un cluster dans le quartier. Le but de ce déplacement, était de venir louer les mérites de la « grande réactivité » de tous les acteurs pour éradiquer cette mutation du variant britannique, qui a déjà contaminé soixante personnes dans ce quartier de 8.000 habitants. Mais rien ne s’est passé comme prévu.

Le maire de Bordeaux Pierre Hurmic avait fait le déplacement au centre de vaccination de Bacalan
Le maire de Bordeaux Pierre Hurmic avait fait le déplacement au centre de vaccination de Bacalan - Mickaël Bosredon/20 Minutes

Des dizaines d’habitants du quartier ont bien répondu à l’appel à la vaccination, lancé par les autorités. Sauf qu’ils étaient convaincus que l’on pouvait se rendre sans rendez-vous au centre de vaccination installé dans les locaux du centre d’animation de quartier, comme annoncé mardi par l’ARS. Or, il fallait bien un rendez-vous, et seules 70 doses de vaccin équipaient le centre, pour cette première journée de vaccination.

« Je ne partirai pas sans mon vaccin »

« Je suis venue, et je n’ai pas que ça à faire, s’énerve très vite une habitante du quartier. On a pris notre après-midi pour rien ! Mais surtout l’ARS a dit que c’était sans rendez-vous, et ici on nous dit que c’est sur rendez-vous. Alors maintenant qu’on est là, qu’on nous prenne ! Je ne partirai pas sans mon vaccin. » « Moi j’ai pris mon après-midi pour venir me faire vacciner, renchérit un autre habitant. Et c’était marqué sans rendez-vous. Je ne veux pas courir tout Bordeaux pour trouver un vaccin. J’ai envie de me faire piquer cet après-midi, comme c’était prévu. »

Beaucoup de monde avait fait le déplacement au centre de vaccination sans prendre rendez-vous
Beaucoup de monde avait fait le déplacement au centre de vaccination sans prendre rendez-vous - Mickaël Bosredon/20 Minutes

« C’était marqué sur Internet que l’on pouvait venir aujourd’hui et demain sans rendez-vous, nous explique, agacée, Malika, une autre riveraine. On est arrivé en avance pour avoir une place, et là, on nous dit que non. Je suis venue après l’appel lancé à cause du variant dans le quartier, on en parle beaucoup même si ça ne me fait pas plus peur que cela. » Comme d’autres, Malika décide de rebrousser chemin. « C’est la grosse déception, et je vais essayer d’appeler cet après-midi pour prendre un rendez-vous. »

« Ne dites pas aux gens d’aller ailleurs ! »

« Il y a un malentendu sur le dispositif d’accès au vaccin, explique alors devant la foule la directrice départementale de l'ARS, Bénédicte Motte, mais des lignes de vaccination dédiées aux habitants du quartier de Bacalan sont ouvertes dès ce mercredi dans plusieurs centres de vaccination de la métropole, notamment celui de Bordeaux-Lac [situé à quelques encablures de Bacalan]. Les pharmacies du quartier vont aussi avoir dès jeudi des doses supplémentaires. Notre souhait est de vacciner le plus vite possible et on espère que ce dispositif va être efficace et répondra à la demande. » « Ici c’est exclusivement sur rendez-vous, confirme le responsable du méga centre de vaccination, mais les gens peuvent aller à Bordeaux-Lac sans rendez-vous. »

« L’organisation du dépistage, qui s’est fait à 200 mètres d’ici, était au top, mais là vous ne répondez pas à la promesse qui était faite, accuse une autre habitante. Vous ne pouvez pas renvoyer les gens comme ça. Vous nous invitez à nous faire vacciner, ne dites pas aux gens d’aller ailleurs ! »

« Un couac sur la communication »

A ceux qui se plaignent de n’avoir pu joindre personne pour prendre rendez-vous, le directeur de la prévention de Bordeaux Métropole Philippe Latrille assure que « dès ce mercredi matin il y avait six opératrices pour répondre, les 70 rendez-vous qui étaient prévus cet après-midi ont été pris. Alors, effectivement il y a peut-être de la saturation parce que c’est le premier jour et qu’il y a une très forte sollicitation. Il y a eu un couac sur la communication, tout doit rentrer dans l’ordre à partir de jeudi, et il y aura cinq lignes de vaccination possibles entre le méga centre et ici, on devrait pouvoir absorber tout le monde. »

« On a communiqué très vite au départ, alors que la plateforme téléphonique n’était pas en place, explique pour sa part Pierre Hurmic, et des gens ont pensé que l’on pouvait venir sans rendez-vous, mais je peux vous dire qu’on a renforcé la permanence téléphonique de la mairie pour aider à la prise de rendez-vous. »

5.200 personnes du quartier contactées par téléphone ou SMS

Ceux qui ont pu accéder à l'injection étaient, eux, très satisfaits. Comme Freddy, 38 ans. « On parle beaucoup du variant dans le quartier, donc j’ai voulu venir me faire vacciner au plus vite, surtout après l'arrivée de mon dernier enfant, nous explique-t-il. En effet, j’ai réussi à avoir un rendez-vous même si cela a été long, puisqu’il m’a fallu plus d’une heure d’attente au téléphone avant que quelqu’un décroche. »

70 doses étaient disponibles ce mercredi pour les premières vaccinations à Bacalan
70 doses étaient disponibles ce mercredi pour les premières vaccinations à Bacalan - Mickaël Bosredon/20 Minutes

Quelque 19.000 doses ont été débloquées pour lutter spécifiquement contre ce variant, appelé VOC 484K, déjà identifié au niveau national mais pour la première fois à l’origine d’un cluster dans le quartier de Bacalan. Elles doivent être acheminées entre ce centre de vaccination et celui de Bordeaux-Lac où les chaînes de vaccination ont été renforcées. Pierre Hurmic explique que la municipalité « a informé 5.200 personnes du quartier [qui en compte environ 8.000 dont 6.000 adultes selon le maire] par téléphone et SMS, en leur indiquant un numéro de téléphone pour qu’elles viennent se faire vacciner dans les meilleurs délais. » Il estime lui aussi que tout devrait rentrer dans l’ordre dès jeudi. « L’objectif est de vacciner très rapidement, on espère en trois semaines, et d’éradiquer ce variant. »