Le tribunal administratif prêt à faire le pont

— 

Une réponse inattendue. Le juge du tribunal administratif donne le feu vert au franchissement contesté de la Garonne. Il n'a pas suivi l'avis du commissaire du gouvernement qui avait demandé l'annulation de la délibération de la CUB déclarant le pont d'« intérêt général ». Un collectif d'une quinzaine d'associations, opposées au projet de construction d'un grand pont levant à Bordeaux, avait déposé un recours. « On ne s'y attendait pas. Les conclusions de l'audience précédente nous étaient favorables », avoue Jacques Dubos, de l'association Transcub.

Vincent Feltesse, président de la CUB reconnaît son soulagement : « Une hypothèque est levée. J'y vois une cohérence dans le fonctionnement de la communauté urbaine. » Alain Juppé, quant à lui se dit « déterminer à faire ce pont, indispensable à la ville ».

Les deux élus prévoient le début des travaux pour l'été. Et rêvent qu'« en 2012, on puisse enfin traverser la Garonne à cet endroit ».

Mais le collectif d'associations n'a pas dit son dernier mot. Dans leur manche, il reste la carte de l'Unesco. Une délégation est d'ailleurs venue en janvier dernier pour évaluer l'impact du projet du pont levant. Elle devrait livrer ses conclusions au mois de juin. Pour dédramatiser, la CUB a décidé de renforcer le dialogue avec les professionnels des croisières, notamment. ■ J. M.