Confinement à Bordeaux : Dorcel ou Passage du Désir, quand les « lovestores » se font désirer

TENDANCE Alors que la consommation de sex toys est en hausse depuis le début de la crise sanitaire, deux boutiques de « plaisir pour adultes » d’un nouveau genre se sont implantées à Bordeaux, et n’attendent plus que la permission d’ouvrir

Mickaël Bosredon

— 

La boutique Dorcel Store dans le quartier du Lac à Bordeaux
La boutique Dorcel Store dans le quartier du Lac à Bordeaux — Mickaël Bosredon/20 Minutes
  • Dorcel Store a implanté son treizième magasin français dans le quartier du Lac, tandis que Passage du Désir s’est installé rue Sainte-Catherine.
  • Ces deux boutiques visent une démocratisation des objets sexuels.
  • La clientèle qui était encore majoritairement masculine il y a quelques années, se féminise de plus en plus.

Installée le long du boulevard Aliénor d’Aquitaine, dans le quartier du Lac, depuis le mois de décembre, la boutique Dorcel Store de Bordeaux a à peine eu le temps de se faire connaître, entre deux confinements. L’enseigne Passage du Désir est, elle, prête à faire feu de tout bois : son dixième concept store au niveau national, est désormais achevé, rue Sainte-Catherine. Mais il doit encore prendre son mal en patience, le temps que l’ensemble des commerces soit autorisé à rouvrir.

La boutique Dorcel Store a ouvert en décembre 2020 dans le quartier du Lac à Bordeaux
La boutique Dorcel Store a ouvert en décembre 2020 dans le quartier du Lac à Bordeaux - Mickaël Bosredon/20 Minutes

En attendant, les responsables de ces deux « lovestores » - ne leur parlez pas de sex-shops - voient leurs ventes en ligne grimper en flèche, depuis le début de la crise sanitaire. « Notre site fonctionne très bien depuis un an, parce qu’il permet de prendre le relais de nos boutiques fermées, et aussi car nos produits se prêtent très bien au confinement et au cocooning », analyse Benjamin Scanvyou, directeur du réseau de magasins Dorcel en France, que nous avons rencontré à Bordeaux. « Cela permet d’apporter un peu de piment, de découvrir de nouveaux jeux, et de passer un meilleur moment confiné » poursuit-il. Son magasin de Bordeaux-Lac, le treizième en France, offre en plus à sa clientèle la possibilité de faire du click and collect, tout le monde ne souhaitant pas se faire livrer à domicile, même si les colis sont bien entendu anonymisés.

« Nos magasins ont pour but de mettre à l’aise tout le monde »

« Il y a effectivement une hausse des ventes en ligne, abonde Patrick Pruvot, fondateur des concept-store Passage du Désir. Quand tout est interdit, la sexualité reste le dernier territoire de liberté. A la Saint-Valentin, les gens ne pouvaient aller ni au restaurant, ni en week-end, alors ils ont acheté des choses pour se faire plaisir en couple. Certes, le confinement a eu un effet très sévère pour certains couples qui ont eu du mal à passer le cap, mais comme la France est très en retard sur la consommation de ce type d’objets, la crise a permis au global de le rattraper. »

Sex toys, huiles, lingerie… La boutique Dorcel Store à Bordeaux propose quelque 3.500 références, sur plus de 300 m2, le tout dans un univers aéré et aux couleurs roses apaisantes. Loin de l’univers parfois un peu glauque de certains sex-shops « historiques ».

Le directeur des magasins Dorcel Store, Benjamin Scanvyou
Le directeur des magasins Dorcel Store, Benjamin Scanvyou - Mickaël Bosredon/20 Minutes

« Nos magasins ont pour but de mettre à l’aise tout le monde et de rendre les plaisirs sexuels accessibles à tous, afin d’attirer autant les femmes que les couples », insiste Benjamin Scanvyou. De fait, « nous avons une clientèle très hétérogène, qui va de 18 à 70 ans, avec un tiers d’hommes, un tiers de femmes et un tiers de couples. Il y a donc une vraie évolution des profils puisqu’il y a encore 7-8 ans, 50 % de notre chiffre d’affaires était réalisé par les hommes uniquement. »

« Je trouve plus intéressant de parler de plaisir que de sexe »

Chez Passage du Désir, on met l’accent sur le fun. Sur 65 m2, la boutique bordelaise vendra des sex toys bien sûr mais pas seulement. « Je trouve plus intéressant de parler de plaisir que de sexe » dit Patrick Pruvot, qui présente ses enseignes comme « ultra-ludiques et sans vulgarité ». « Ce ne sont pas des sex-shops, martèle-t-il, mais des boutiques de développement durable du couple, ou de cadeaux pour les amoureux ».

Passage du Désir inaugurera une boutique rue Sainte-Catherine à Bordeaux, dès que l'ensemble des commerces sera autorisé à rouvrir
Passage du Désir inaugurera une boutique rue Sainte-Catherine à Bordeaux, dès que l'ensemble des commerces sera autorisé à rouvrir - Passage du Désir

Patrick Pruvot voulait absolument implanter son enseigne en plein centre-ville. « Bordeaux faisait partie de nos objectifs depuis quelques années déjà, mais les places rue Sainte-Catherine ne se libèrent pas beaucoup. On a volontairement choisi un endroit en vue, car la banalisation de nos produits passe par le fait d’être mitoyen des enseignes "mainstream". »

Le « Womanizer » en tête des ventes

Les produits en vogue actuellement, sont « moins genrés qu’auparavant, avec moins de produits phalliques et plus d’objets fun » analyse Benjamin Scanvyou. Et même si le fameux « Rabbit » popularisé il y a une vingtaine d’années par la série Sex and the City est toujours demandé, ce qui remplit surtout les rayons du magasin Dorcel aujourd’hui, ce sont des sex-toys colorés, aux formes ergonomiques et… connectés. « Celui qui marche très fort en ce moment, c’est le "Womanizer", un stimulateur clitoridien » précise le directeur des magasins Dorcel.

Il s’est en effet déjà vendu dans le monde, plus de quatre millions d’exemplaires du « Womanizer » du groupe berlinois WOW Tech. En un an, ses ventes ont été multipliées par trois à l’international, et ont augmenté de 153 % en France. Les stimulateurs pour couples sont aussi très demandés. Et la plupart des produits, « sont dorénavant fabriqués en silicone médical sans phtalate » insiste Benjamin Scanvyou.