Ecole nationale de la magistrature : Une enquête ouverte après des propos racistes relevés dans un document interne

POLEMIQUE Le journal Médiapart a révélé ce jeudi que parmi les auditeurs de la promotion de 2019, certains avaient noté des inscriptions racistes dans un tableau partagé en interne

E.P.

— 

L'école nationale de la magistrature (ENM) à Bordeaux en 2009.
L'école nationale de la magistrature (ENM) à Bordeaux en 2009. — PIERRE ANDRIEU / AFP

« Dans des documents internes à la promo 2019 de l’ENM  [Ecole nationale de la magistrature] consultés par Mediapart, des inscriptions racistes telles que « la France aux Français » ou « dehors les Arabes » ont été rédigées par des étudiants de la dernière promo, qui deviendront magistrats dans quelques semaines », peut-on lire ce jeudi dans un article du journal d'information en ligne, qui révèle l’affaire. Le parquet de Bordeaux a confirmé à 20 Minutes avoir été saisi par la direction de l’Ecole nationale de la magistrature, installée à Bordeaux, le 15 avril et avoir confié une enquête à la division centrale de la police judiciaire, dès le 16 avril.

Un document pour anticiper son lieu d’affectation

Alors que les étudiants de l’ENM, appelés aussi auditeurs, sont en attente de leurs affectations dans les différentes juridictions, un document informel a été lancé par l’un d’entre eux pour essayer d’anticiper un peu les résultats, attendus le 26 avril. Sur les 309 auditeurs, 230 ont contribué au tableau partagé en y insérant leurs résultats, espérant ainsi recueillir une estimation de leur position dans le classement et donc de leur lieu d’affectation. Mais voilà, des inscriptions racistes ont fait leur apparition au cours du remplissage informel de ce tableau, choquant certains auditeurs qui en ont réalisé des captures d’écran.

Contactée par 20 Minutes, la direction de l’ENM n’a pas encore souhaité s’exprimer.