Bordeaux Métropole : Une plainte déposée après des tags islamophobes sur le chantier de la mosquée, à Talence

INJURES Le président de l’association musulmane de Talence a déposé plainte ce jeudi matin après les dégradations relevées sur un des murs du chantier de la construction de la mosquée

E.P.

— 

La mosquée est en construction depuis l'été 2020.
La mosquée est en construction depuis l'été 2020. — Association Musulmane de Talence

« Encore une ! Stop avec vos mosquées, vos cultes » a été tagué probablement dans la nuit de mardi à mercredi sur un des murs de la mosquée en construction à Talence, près de Bordeaux. Une plainte a été déposée ce jeudi matin par l’association musulmane de Talence après ces dégradations islamophobes qui ont été recouvertes. « Tout le monde est blessé, c’est un acte odieux et inacceptable, réagit auprès de 20 Minutes Mohamed Boultram, président de l’association musulmane de Talence. C’est une lâcheté, une provocation pure et simple pour semer le désordre dans les quartiers. »

Appel au calme

« Dans la nuit, le chantier de la mosquée de Talence a été tagué de messages islamophobes et homophobes. Je condamne avec la plus grande des fermetés cet acte contraire aux libertés fondamentales et aux valeurs de notre République. Je tiens à exprimer toute ma solidarité à la communauté musulmane de notre ville » a publié dans un poste Facebook Emmanuel Sallaberry, maire de Talence.

Des tags homophobes ont aussi été découverts sur le site.
Des tags homophobes ont aussi été découverts sur le site. - Association musulmane de Talence

« Les fidèles ne comprennent pas, que ce soit en Gironde ou en Nouvelle Aquitaine, les relations sont très apaisées, ils sont bien insérés dans la vie quotidienne », tient à préciser Mohamed Boultram.

En 2012-2013, alors que le projet de la mosquée était lancé sans que les travaux aient commencé (début en juillet 2020) des tracts racistes avec des têtes de cochon avaient été déposés sur le terrain.

« J’appelle tout le monde au calme, à ne pas céder à ces provocations », a conclu le président de l’association.