Gironde : Quels sont les dégâts dans le vignoble bordelais après l'épisode de gel ?

VITICULTURE La chambre d'agriculture a rendu ce jeudi ses premières estimations 

C.C.

— 

Illustration gel dans les vignes
Illustration gel dans les vignes — JEFF PACHOUD / AFP

On en sait un peu plus sur les conséquences de l’épisode de gel sur le vignoble bordelais. Ce jeudi, la chambre d’Agriculture de la Gironde a publié ses premières estimations sur les dégâts. Elles montrent « une très grande hétérogénéité » sur le département. La carte des températures minimales relevées du 6 au 12 avril indique que les zones ayant subi le froid le plus intense sont le sud Gironde/Graves, le nord Gironde et la vallée de Dordogne. Les taux de dégâts estimés à ce jour suivent à peu près ces gradients de températures minimales relevées sur le territoire avec parfois un taux de dégâts supérieur à 80 %.

La carte des dégâts sur le vignoble bordelais après l'épisode de gel de début avril.
La carte des dégâts sur le vignoble bordelais après l'épisode de gel de début avril. - Chambre d'Agriculture de la Gironde

« Cependant, localement des différences peuvent avoir eu lieu comme souvent dans les cas de gel avec par exemple, dans la même parcelle, des parties basses très gelées et d’autres moins. Or une différence de 1 ou 2 °C peut parfois sauver une récolte ou la détruire », précise la chambre d’agriculture. La sensibilité des bourgeons et rameaux est aussi fortement dépendante de leur stade végétatif. Les situations individuelles des exploitations viticoles peuvent être très diverses au sein d’une même commune.

Nouvelles estimations à venir en mai

Dans les parcelles sinistrées, l’espoir se porte sur les contre-bourgeons, s’ils n’ont pas été touchés, qui pourraient compenser partiellement la perte des rameaux principaux. A condition évidemment que d’autres épisodes de gel ou de grêle ne surviennent pas. Les spécialistes expliquent que « ces estimations sont provisoires car le gel étant survenu précocement (début avril), il faut attendre le mois de mai pour voir quelle sera la réaction du végétal après le stress physiologique post-sinistre actuel. »

Une estimation plus précise sera effectuée à partir de mai. Elle servira de base aux discussions avec les services de l’administration pour la mobilisation d’aides publiques éventuelles (exonération de la taxe foncière, etc.). Aussi, afin d’affiner ces estimations, les viticulteurs sont invités à recenser leurs dégâts en ligne.