Gironde : Les fours originaux de la Poterie, gagnants du Loto du patrimoine, bientôt rénovés

HISTOIRE INDUSTRIELLE A Gradignan, près de Bordeaux, on trouve deux des cinq à six fours à bouteille qui existent encore en France

Elsa Provenzano

— 

Une fois la restauration effectuée, le site pourrait accueillir une biennale autour des arts de la poterie.
Une fois la restauration effectuée, le site pourrait accueillir une biennale autour des arts de la poterie. — Mairie de Gradignan
  • Le site de la Poterie, à Gradignan, a été retenu parmi les 18 sites emblématiques soutenus par le loto du patrimoine pour 2021.
  • Seuls quelques autres exemples de fours-bouteilles existent en France.
  • La ville y voit un soutien important pour financer la réhabilitation du site, qui va commencer à l’automne.

Il reste très peu d’exemples de fours-bouteilles en France, seulement cinq à six, témoins d’une histoire industrielle liée à la poterie. Deux d’entre eux se trouvent sur le site de la Poterie à Gradignan, près de Bordeaux, mais le temps les a laissés en piteux état. Construits entre 1841 et 1855, ils servaient à cuire les tuiles et briques pour les constructions, puis différents objets de vaisselle en céramique. Ils devraient retrouver de leur superbe puisqu’ils ont été retenus parmi 18 sites au total pour bénéficier du soutien financier de l’édition 2021 du Loto du patrimoine.

Seuls quelques fours de ce type existent encore en France.
Seuls quelques fours de ce type existent encore en France. - Mairie de Gradignan

Une grande satisfaction pour le maire de Gradignan, Michel Labardin, qui a fait classer le site en 2012 à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques par la direction régionale des affaires culturelles (DRAC). Pour un montant estimé des travaux d’1,8 million d’euros TTC, la ville qui a déjà lancé des investissements pour un chantier qui démarrera à l’automne, se félicite du soutien apporté par la mission du Patrimoine. Le montant n’est pas encore connu car il s’appuie notamment sur des appels aux dons défiscalisés mais la mairie « ajustera son plan de financement en fonction de l’annonce en septembre », précise Michel Labardin.

L'association terre d'art et d'argile propose des cours sur le site de Gradignan.
L'association terre d'art et d'argile propose des cours sur le site de Gradignan. - Mairie de Gradignan

Une opération de démontage délicate

« L’état de péril mais aussi l’intérêt et l’originalité des fours qui constituent de très beaux témoignages de l’histoire industrielle ont motivé le choix de ce site », pointe Lucas Briaudeau Lucas, chargé de mission à la Fondation du Patrimoine. Les fours ont tourné à plein régime au milieu du XIXe siècle avant que leur activité décline progressivement pour s’arrêter dans les années 1950.

On sait qu’à l’origine il y avait trois fours sur le site, mais seuls deux sont encore sur pieds. « Une partie du bâtiment s'est effondrée, si bien qu’il reste un four à l’extérieur et un à l’intérieur. Celui à l’extérieur est le plus abîmé et présente un risque de ruine », explique le maire de Gradignan. L’opération demandera une ingénierie toute particulière puisqu’il faudra précautionneusement défaire toutes les briques et les réinstaller à l’identique.

Depuis dix ans, l’association « terre d’art et d’argile » accueille du public sur le site, autour d’ateliers liés à la poterie. « Elle nous a proposé d’y organiser une biennale de la céramique pour valoriser le lieu et le refaire revivre, qui pourrait commencer en 2023 », annonce Michel Labardin. Les arts de la poterie et du feu seront à l’honneur avec des artistes internationaux.

« Ce serait un rêve de pouvoir remettre un four-bouteille en température et de tenter, lorsqu’il sera bien consolidé, une expérience de cuisson à l’ancienne, imagine l’élu. Ce serait le symbole du renouveau ».