Bordeaux : Plus d'un milliard d’euros pour la rénovation de plusieurs sites du CHU

SANTE Le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé ce mardi une aide de l’Etat de 240 millions d’euros dans le cadre du Ségur, qui va permettre de lancer le grand plan de rénovation du CHU de Bordeaux pour ces dix prochaines années

Mickaël Bosredon
— 
Le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) Pellegrin à Bordeaux
Le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) Pellegrin à Bordeaux — Mickaël Bosredon/20 Minutes
  • « Les 14.200 employés attendent depuis longtemps que l’on rénove le CHU de Bordeaux, parce qu’il en a bien besoin », a lancé ce mardi le directeur général du CHU, Yann Bubien.
  • Une dizaine d’opérations sur l’ensemble des sites du CHU doivent permettre de construire 90.000 m² de bâtiments, et d’en rénover autant.
  • Le site de Pellegrin ainsi que celui de Saint-André, vieillissants, seront entièrement réhabilités.

Le CHU de Bordeaux est dans une situation « paradoxale », a souligné ce mardi le ministre de la Santé Olivier Véran. « Il est à la fois classé premier depuis quatre ans dans le classement des hôpitaux du Point, on considère que c’est un des fleurons des centres hospitaliers universitaires français, mais d’un autre côté il est avant-dernier en matière de vétusté des bâtiments. Dans certains bâtiments des années 1970 il y a une douche pour 25 lits… Je frémis à cette idée. Il était vraiment urgentissime de transformer ce CHU. »

Le ministre a ainsi annoncé une aide de l’Etat de 240 millions d’euros, débloquée dans le cadre du Ségur de la Santé, qui viendra soutenir le plan « Nouveau CHU » de 800 millions d'euros sur les dix prochaines années. Au total, c'est même 1,2 milliard d'euros qui seront engagés pour rénover ou reconstruire l'ensemble du CHU. « C’est un projet qui était dans les tuyaux depuis des années, et qui aboutit enfin grâce au Ségur, souligne le directeur général du CHU Yann Bubien. Les 14.200 employés attendent depuis longtemps que l’on rénove le CHU de Bordeaux, parce qu’il en a bien besoin. »

Les activités d’hospitalisation et d’urgences réorganisées autour de Pellegrin et de Pessac

Le CHU, au budget d’1,2 milliard d’euros par an, s’étend sur Bordeaux, Pessac, Talence, et Lormont. Et le projet de rénovation concernera tous les sites. Une dizaine d’opérations doivent permettre de construire 90.000 m² de bâtiments, et d’en rénover autant. À terme, les activités d’hospitalisation et d’urgences s’organiseront autour de deux sites : le groupe hospitalier Pellegrin à Bordeaux et le groupe hospitalier Sud à Pessac.

« Le choix de ce dernier site s’explique notamment par la forte croissance démographique de ce secteur de l’agglomération bordelaise, justifiant la présence d’un service d’urgences au plus près des habitants, et en dehors du centre-ville de Bordeaux », justifie le CHU de Bordeaux. « Le phasage de l’ensemble des travaux sera déterminé avant l’été, annonce Yann Bubien. La problématique est qu’on est en site occupé, et qu’on reçoit un million de patients par an, plus les visiteurs. Il faut donc s’organiser sur les dix ans qui viennent. »

Nouvelle maternité

Navire amiral du CHU, le site de Pellegrin est un tripode qui date de 1978. Il sera entièrement réhabilité. « Le grand projet du CHU est de construire en bas de ce tripode un énorme plateau technique avec l’ensemble des blocs opératoires, les réanimations médicales et chirurgicales, le Samu/Smur et les urgences, poursuit Yann Bubien. Nous allons aussi refaire la maternité de Bordeaux, qui est la plus grosse maternité de métropole avec 6.000 accouchements par an, mais qui est vétuste. Elle devrait voir le jour à côté de l’actuel hôpital des enfants. »

L’hôpital Saint-André, dans le centre de Bordeaux, sera également entièrement réhabilité, et l’ambulatoire y sera priorisé. Il perdra en revanche ses urgences. « On refait tout, c’est un hôpital très moderne qui va renaître, annonce Yann Bubien. Nous conserverons le carré historique avec le cloître, qui seront rénovés, pour en faire une maison de santé qui sera ouverte sept jours sur sept pour l’ensemble des opérations dites de petite urgence du quotidien. L’hôpital des adolescents sera de son côté intégré dans l’hôpital Saint-André et un plateau de consultation – de dermatologie, d’ophtalmologie… – à destination de tous les Bordelais sera proposé. Une crèche sera créée, ainsi qu’un espace numérique avec des start-up en santé qui seront installées au cœur de l’hôpital. Dernier point ce sera un hôpital de santé publique, avec un pôle de prévention. » Le reste, la partie plus récente, « sera cédé ».

Troisième gros site qui sera concerné par ces investissements, celui de l’hôpital Haut-Lévêque à Pessac. En plus de nouvelles urgences, de nouveaux bâtiments accueillant les activités de chirurgie cardiaque et thoracique, spécialité de l’établissement, seront construits.

Cession d’actifs du CHU

« C’est un projet qui prépare l’avenir du CHU, on ne rafistole pas à droite à gauche, c’est un projet d’ampleur », insiste Benoit Elleboode, le directeur général de l’Agence Régionale de Santé (ARS) Nouvelle-Aquitaine. Le financement se fera donc avec une aide de 240 millions d’euros de l’Etat, ainsi que de l’autofinancement du CHU, des cessions d’actifs qui devraient rapporter aux alentours de 100 millions d’euros, et de prêts bancaires.

« L’aide de 240 millions d’euros, ne sera pas pour solde de tout compte pour la région Nouvelle-Aquitaine, précise Olivier Véran, des départements plus pauvres en matière d’offres de soins auront aussi un soutien financier de l’Etat. »