Bordeaux : L'opéra, occupé depuis une dizaine de jours, a été évacué

REVENDICATIONS Ce mercredi, la ville de Bordeaux a annoncé qu’une requête aux fins d’expulsion avait été déposée auprès du tribunal administratif par la présidence de l’opéra.

E.P. avec AFP
— 
Les occupants du Grand Théâtre ont organisé mercredi midi un sitting devant le Grand Théâtre.
Les occupants du Grand Théâtre ont organisé mercredi midi un sitting devant le Grand Théâtre. — E.Provenzano / 20 Minutes
  • Les occupants du Grand Théâtre ont été évacués ce mercredi en fin de matinée par les forces de l’ordre.
  • La mairie a annoncé qu’une requête aux fins d’expulsion avait été déposée auprès du tribunal administratif par la présidence de l’opéra, un peu plus tôt dans la matinée.
  • Les occupants se sont installés un moment devant l’édifice, sur les rails du tram, bloquant sa circulation.

Ce mercredi en fin de matinée, les forces de l’ordre ont évacué une trentaine de personnes du Grand Théâtre, occupé depuis le 15 mars. Le maire de Bordeaux Pierre Hurmic a confirmé en conférence de presse que tous les occupants avaient été évacués. Quelques tensions ont eu lieu lors de l’évacuation, alors que d’autres personnes ont tenté de pénétrer à l’intérieur. « Des policiers ont gazé, il y a eu des coups de matraque. Je suis encore sous le choc. C’était brutal », a déclaré l'un des occupants à l'AFP à sa sortie du théâtre. Les forces de l’ordre ont été mobilisées sur place après le dépôt d’une requête auprès du tribunal administratif par la présidence de l’opéra. Les évacués ont organisé un sitting sur les rails, devant le Grand Théâtre, entraînant une interruption du trafic du tramway. 

La situation a changé

Le 15 mars, un collectif d’intermittents et de précaires de la Gironde, soutenu par des syndicats, avait investi les lieux pour demander la réouverture des lieux culturels, dans le cadre de revendications nationales. Des actions similaires ont été menées dans 70 salles de spectacle en France. « La direction de l’opéra et la ville de Bordeaux avaient posé leurs conditions pour garantir la sécurité des personnes et des lieux, rappelle la ville dans un communiqué. Elles exercent une vigilance constante sur la sécurité du personnel et la préservation du patrimoine exceptionnel que constitue l’opéra. »

Jeudi soir, de nouveaux occupants ont investi les lieux, provoquant le départ du collectif et des syndicats. « La grande majorité des acteurs culturels ne se reconnaît plus dans cette occupation du Grand Théâtre qui met en risque ce joyau du patrimoine », estime la ville dans son communiqué. La mairie relève que « les conditions sanitaires et de sécurité initiales » ne peuvent plus être assurées et que la circulation n’est « absolument plus maîtrisée. » Raisons pour lesquelles elle a organisé le départ des occupants, sans délai, ce mercredi.