Bordeaux : Un dauphin a-t-il été vraiment aperçu dans la Garonne ?

ANIMAUX Plusieurs photos et vidéos d’un dauphin dans la Garonne, notamment au niveau du pont Chaban-Delmas, circulent sur les réseaux sociaux depuis mardi

Mickaël Bosredon
— 
Un dauphin aurait été aperçu dans la Garonne, à Bordeaux, le 16 mars 2021
Un dauphin aurait été aperçu dans la Garonne, à Bordeaux, le 16 mars 2021 — Sébastien Armand/Twitter
  • Le Bordelais Sébastien Armand qui a réalisé l’une de ces vidéos nous assure qu’elle est 100 % sans trucage.
  • L’observatoire scientifique Pelagis (Université de La Rochelle/CNRS), estime que les documents, même s’ils sont de mauvaise qualité, sont crédibles.
  • Le scientifique Fabien Demaret pense que « la manière dont l’animal évolue dans l’eau, peut effectivement faire penser à un dauphin. »

Un dauphin a-t-il remonté la Garonne jusqu’à Bordeaux ? Plusieurs photos et vidéos circulent depuis mardi sur les réseaux sociaux, où l’on aperçoit un animal dans le fleuve, notamment au niveau du pont Chaban-Delmas et du quai des Marques.

Certains crient au montage et à la fake news. 20 Minutes a interrogé l’auteur d’une de ces vidéos, ainsi qu’un scientifique de l’Observatoire Pelagis (CNRS et Université de la Rochelle). Si on ne peut garantir la véracité à 100 % de ces images, tout porte à croire néanmoins qu’elles sont bien réelles.

« Je me suis juste dit : "waouh, il y a un dauphin à Bordeaux" »

« Je cours plusieurs fois par semaine sur les quais de Bordeaux, aux alentours de 7 heures du matin, nous raconte Sébastien Armand, un réalisateur bordelais… spécialisé dans les effets spéciaux. Mardi matin, en arrivant sur le quai des Marques, j'ai vu un attroupement de personnes qui prenaient des photos et des vidéos… Je me suis approché et j’ai vu quelque chose sortir de l’eau, là une personne me dit que c’est un dauphin. Du coup, j’ai sorti mon portable et j’ai commencé à filmer à mon tour. Ce n’était pas évident car l’animal faisait une ligne droite entre le quai des Marques et le pont Chaban en sautant de temps en temps, et bien sûr il ne sortait jamais au même endroit, mais j’ai réussi à filmer pendant cinq à six minutes, puis je suis rentré et j’ai fait un montage avec les moments les plus intéressants. Et derrière, cela s’est emballé… »

Cela s’est emballé, quitte à remettre en cause la crédibilité de ces images. D’autant plus que le profil professionnel de Sébastien Armand rendait tout à fait plausible la fake news. « Moi, je me suis juste dit : "waouh, il y a un dauphin à Bordeaux" et j’ai posté la vidéo pour partager ce moment. Mais effectivement, très rapidement des messages remettant en cause la véracité de mes images ont été postés. Comme je travaille beaucoup sur les effets spéciaux, je comprends ces doutes, mais je garantis que cette vidéo est 100 % sans trucage. »

Un dauphin à Bordeaux en 2002 et un phoque à Paris en 2006

Fabien Demaret, observateur dans l’équipe échouage de l’observatoire Pelagis, a pu analyser deux vidéos depuis mardi. « Elles ne sont pas extraordinaires, et les prises de vues ont été réalisées de loin, prévient-il, mais effectivement on voit quelque chose qui ressemble fortement à un dauphin. On peut le dire surtout par rapport à la manière dont l’animal évolue dans l’eau. »

Pour ce spécialiste, l’événement est crédible. « Ce ne sont pas des phénomènes qui surviennent tous les quatre matins, mais cela peut arriver, oui. Cela a déjà eu lieu à Bordeaux d’ailleurs, en 2002, année où un grand dauphin a été aperçu au niveau du pont de Pierre. Il avait été retrouvé échoué le lendemain au bec d’Ambès, c’était un vieil animal qui est certainement mort d’une mort naturelle. Et en 2006 à Paris, on a eu le cas d’un phoque barbu qui avait remonté la Seine et que l’on avait retrouvé au niveau de Notre-Dame. C’était un phoque extrêmement gros, et qui est resté quelque temps à Paris. Généralement, ce sont des animaux qui suivent des proies, et ils remontent ainsi les rivières. »

« C’est quasiment impossible de le capturer »

Si le scientifique convient qu’il y avait certainement un dauphin à Bordeaux mardi dernier, il ne s’avance pas sur l’espèce concernée. « Avec ces vidéos, c’est assez difficile de déterminer l’espèce, mais ça a l’air d’être un petit delphinidé, et de la manière dont il nage, cela pourrait correspondre à un dauphin commun ou un grand dauphin. Mais il faut savoir que dans notre secteur, on trouve aussi des dauphins bleu et blanc et des marsouins. »

Reste à savoir si ce dauphin va repartir de lui-même. « À partir du moment où il est là, il n’y a pas grand-chose à faire… C’est quasiment impossible de le capturer, sachant que ces animaux sont très rapides, surtout dans une rivière aussi large que la Garonne. Celui-là peut très bien repartir, ou s’échouer, on verra bien. »

Cet événement survient dans un contexte où les échouages de dauphins se multiplient depuis le début de l’année sur la côte Atlantique, et notamment ces derniers jours. « Le week-end dernier on a recensé une trentaine d’échouages de dauphins communs sur la Gironde, assure Fabien Demaret. Beaucoup d’entre eux présentaient des traces de capture accidentelle dans un engin de pêche. » L’observatoire Pelagis estime à environ 600 le nombre d’échouages de dauphins sur la côte Atlantique depuis le début de l’année.