Coronavirus à Bordeaux : Avec la baisse de fréquentation, le chiffre d’affaires des commerçants s’effondre

SOLDES La fréquentation dans les boutiques a baissé de 30 % à 70 % par rapport à la même période de 2020 s’inquiètent les commerçants du centre-ville de Bordeaux. Les soldes sont pour l’instant très décevants

Mickaël Bosredon

— 

Pancarte de prévention sur le coronavirus à l'entrée de la rue Sainte-Catherine à Bordeaux
Pancarte de prévention sur le coronavirus à l'entrée de la rue Sainte-Catherine à Bordeaux — Mickaël Bosredon/20 Minutes
  • Le démarrage des soldes d’hiver est très décevant pour la plupart des commerces du centre de Bordeaux.
  • Ils enregistrent des baisses allant de - 20 % à - 40 % de chiffre d’affaires, par rapport aux soldes 2020.
  • Près d’un quart des commerçants interrogés propose désormais à leurs clients des services de « click and collect ».

Même des remises très agressives n’auront pas sauvé la situation. Selon la dernière enquête conduite par la CCI Bordeaux-Gironde, les 27 et 28 janvier derniers auprès de 128 commerçants du centre-ville de Bordeaux, le démarrage des soldes d’hiver est loin de répondre aux attentes. Quelque 92,8 % des commerçants interrogés déclarent une fréquentation de leur commerce inférieure, voire très inférieure, à l’an passé. « La fréquentation a baissé de 30 à 70 % en fonction des quartiers par rapport à 2020, et elle est très sensible cours de l’Intendance, rue Porte-Dijeaux et rue Sainte-Catherine » relève l’étude.

Cette baisse de fréquentation a un impact direct sur le chiffre d’affaires réalisé : près de neuf commerçants sur dix (86,5 %) déclarent qu’il est inférieur à celui de l’an dernier. Les baisses annoncées vont de - 20 % à - 40 % par rapport aux soldes d’hiver 2020, malgré des rabais importants dès la première semaine. « Un tiers des commerçants n’ont pas pu ajuster leur commande de stocks, et se retrouvent avec des quantités de marchandise importantes à écouler » analyse encore la CCI.

Impactés par le couvre-feu à 18 heures

Par ailleurs, plus de six commerçants sur dix s’estiment « fortement, voire très fortement » impactés par le couvre-feu à 18 heures. Près d’un quart des commerçants interrogés propose désormais à leurs clients des services de « click and collect » ou « call and collect », alors qu’ils n’en disposaient pas auparavant.

« Cela n’empêche pas les professionnels interrogés de craindre un changement irréversible des habitudes d’achats en défaveur du centre-ville de Bordeaux, et l’apparition de nouvelles friches commerciales dans les mois à venir » conclut la chambre de commerce.