Nouvelle Aquitaine : Grippe aviaire, logement social, circulation différenciée, ce qu’il faut retenir de la conférence de la préfète

SOCIETE La préfète de la région Nouvelle Aquitaine a fait un point sur les dossiers chauds du moment, à l’occasion de ses vœux à la presse

Elsa Provenzano

— 

Depuis plusieurs semaines, un épisode de grippe aviaire frappe le Sud Ouest et en particulier les Landes.
Depuis plusieurs semaines, un épisode de grippe aviaire frappe le Sud Ouest et en particulier les Landes. — Bob Edme/AP/SIPA
  • La préfète de Nouvelle Aquitaine a fait un point sur les dossiers d’actualité, à l’occasion de ses vœux à la presse.
  • Elle annonce que l’expansion de l’épizootie de grippe aviaire semble marquer le pas et que les propriétaires du Signal sont quasi tous indemnisés.
  • Le bilan sur le logement social n’est pas satisfaisant et plusieurs communes de Gironde vont être mises à l’amende.

Ce jeudi, la préfète de Nouvelle Aquitaine Fabienne Buccio a fait un point sur les dossiers d’actualité dans la région, en réservant ses informations sur le volet sécurité pour le 29 janvier. Quelques bonnes nouvelles sont au rendez-vous sur l’expansion de la grippe aviaire qui marque le pas ou l’indemnisation des propriétaires du Signal, quasiment bouclée.

  • Des progrès dans la gestion de la crise de grippe aviaire

La crise frappe depuis plusieurs semaines le Sud-Ouest. Au 16 janvier, 200 foyers ont été relevés, dont 180 dans les Landes et 15 dans les Pyrénées-Atlantiques. Une vingtaine de dossiers d’indemnisations ont été menés à bien auprès des producteurs, pour un million d’euros environ. Au 14 janvier, un million de volailles a été abattu, en Nouvelle Aquitaine, dans le cadre du dépeuplement préventif.

« L’extension de l’épizootie de grippe aviaire semble à ce jour contrôlée », a annoncé avec prudence la préfète, relevant que les mesures drastiques mises en place ont payé mais qu’un rebond de l’épidémie est toujours possible. Le 29 janvier, une réunion avec les acteurs de la filière est prévue.

  • Une circulation différenciée en cas de pics de pollution

L’Etat va se doter de la possibilité de recourir à la circulation différenciée en cas de pics de pollution aux particules fines, en s’appuyant sur les vignettes Crit’air (classement des véhicules en fonction de leurs émissions polluantes). La consultation publique va être lancée dans les prochains jours. « L’idée c’est d’avoir un arsenal pour faire face à un pic de pollution sachant que cela dépend des conditions météo, précise la DREAL. Si on l’avait eu l’année dernière on ne l’aurait pas utilisé et si on l’avait eu en 2018, on l’aurait utilisé pour un jour ou deux ». Début mars, en cas de pic de pollution, cette nouvelle circulation différenciée pourrait être mise en place dans la métropole bordelaise.

  • Un manque de logements sociaux

« Il en manque sur la métropole notamment et les perspectives de construction ne sont pas bien orientées », a estimé la préfète, soulignant son importance « pour répondre aux situations de précarité ». Les communes qui ne respectent pas la part de 25 % de logements sociaux (loi ALUR) sont astreintes à une amende. La ville de Saint-Aubin est concernée dans la Métropole, on trouve aussi en Gironde : Arcachon, Gujan, La Teste et Izon. « Nous les suivons particulièrement, a précisé la préfète. Ce n’est pas toujours facile pour les élus comme à Arcachon, qui est déjà très construite. »

  • Les propriétaires du Signal indemnisés

Le processus d’indemnisation des copropriétaires de l’immeuble du Signal, devenu l’emblème du risque d’érosion sur le littoral, a commencé, après un protocole d’accord signé le 6 novembre dernier. L’indemnisation correspond à 70 % de la valeur du bien, avant l’évaluation du risque d’effondrement. 92 sur 99 des propriétaires et ayants droit ont accepté la proposition d’indemnisation, ce qui représente 72 appartements sur les 78 de l’immeuble, a annoncé la préfète. L’enveloppe totale est de 7 millions d’euros. Il faudra attendre l’indemnisation de tous les bénéficiaires pour envisager la destruction de l’immeuble au bord des flots.

  • Un Nouveau Centre pour prendre en charge la grande marginalité

L’association Le Prado a été retenue dans le cadre d’un appel à projets national pour ouvrir un centre de prise en charge « de la grande marginalité » dès avril et proposer 30 places. Des équipes spécialisées travailleront auprès d’un public marginalisé, qui n’appelle plus le 115. Cette initiative a pour but affiché de les ramener vers des centres d’hébergement du circuit classique.