Bordeaux est la ville qui a perdu le plus de « pouvoir d’achat immobilier » en 20 ans

LOGEMENT Selon une étude du site Meilleurs Agents qui a comparé les prix dans 11 grandes villes de France, c’est à Bordeaux que l’on a perdu le plus de pouvoir d’achat immobilier en 20 ans

Mickaël Bosredon

— 

Illustration immeuble , logement , à Bordeaux
Illustration immeuble , logement , à Bordeaux — Mickaël Bosredon/20 Minutes¨
  • En vingt ans, les Français ont perdu 35 % de leur « pouvoir d’achat immobilier », soit 18 m2.
  • A Bordeaux, la chute est vertigineuse avec - 54 %, soit une diminution de 31 m2.
  • Strasbourg est la ville la moins touchée, avec une perte de pouvoir d’achat de seulement 4 m2, soit – 11 % de surface.

Un effondrement… Si en vingt ans, les Français ont perdu 35 % de leur « pouvoir d’achat immobilier », soit 18 m2, c’est à Bordeaux que la chute est la plus vertigineuse : -54 %, soit une diminution de 31 m2 de surface !

Le site Meilleurs Agents a comparé le pouvoir d’achat immobilier d’un jeune actif au revenu médian de 1.660 euros dans les 11 plus grandes villes de France aujourd’hui, avec celui du début du millénaire. « Au début des années 2000, avec un revenu médian équivalent, un jeune adulte pouvait s’acheter plus de 50 m2 dans la plupart des métropoles (Toulouse, Lille, Montpellier, Bordeaux et Nantes). Une surface aujourd’hui réduite à 31 m2 », relève cette étude, qui pointe toutefois « de fortes disparités entre les villes ». Bordeaux est ainsi « la ville présentant la perte la plus importante en termes de pouvoir d’achat immobilier, suivie par Toulouse (-27 m2). »

A Bordeaux, les prix ont été multiplié par quatre en vingt ans

A Bordeaux, la situation s’explique par l’explosion de ses prix immobiliers, « qui ont presque quadruplé depuis le 1er janvier 2000. » « Une hausse de prix nettement supérieure à la variation des autres grandes villes françaises (x 2,4 en moyenne), et comparable à la progression de prix de certains quartiers parisiens. En 2021, le pouvoir d’achat immobilier bordelais est à son plus bas niveau jamais atteint. »

A l’autre bout de l’échelle, « Strasbourg est la ville la moins touchée : on y observe une perte de pouvoir d’achat de seulement 4 m2 en vingt ans, soit -11 % de surface. Il s’agit également de la ville où les prix ont le moins progressé pendant la période (x 1,4). » Bien entendu, c’est Paris qui demeure la ville offrant le plus faible pouvoir d’achat immobilier : en 2021 et toujours avec un revenu de 1.660 euros, « un jeune adulte ne peut accéder qu’à un studio de 11 m2 (contre 20 m2 en 2000), soit en dessous de la surface d’un logement décent (18 m2). »

Il y a vingt ans, des villes à moins de 1.000 euros le m2…

Au début du millénaire, Paris était déjà la ville la plus chère (2.753 euros/m2) des 11 plus grandes villes de France, limitant le pouvoir d’achat des jeunes actifs. Vingt ans plus tard, les prix de la capitale ont bondi, avec un prix au m2 qui a presque quadruplé (10.402 euros le m2 en 2021.)

A noter également qu’au début des années 2000, on trouvait encore des grandes villes affichant des prix au m2 à moins de 1.000 euros. « C’était notamment le cas à Toulouse, Lille, Montpellier, Bordeaux ou encore Nantes… »