La hot line tourne à plein régime

Marion Guillot

— 

Le téléphone n'arrête pas de sonner depuis lundi. Chaque jour, la ligne « SOS entreprises », mise en place par la chambre de commerce et d'industrie (CCI) de Bordeaux, reçoit plus d'une vingtaine d'appels de professionnels sinistrés par la tempête. Les Goncalves, par exemple, qui ont repris un bar-tabac-PMU à Cubzac-les-Ponts il y a un an et qui, faute d'électricité, sont restés fermés trois jours. Ils n'ont pas encore chiffré leurs pertes, mais savent qu'ils sont passés à côté d'un gros week-end : « C'était le Grand prix d'Amérique, et grâce aux amateurs de course, on aurait triplé notre fréquentation », regrette la patronne. Depuis, le courant est revenu, mais l'activité tourne au ralenti.

Pour espérer être indemnisés, les commerçants devront adresser un courrier à la CCI, précisant le montant de leur perte d'exploitation. Restaurateurs, boulangers, épiciers... Quelque 900 établissements nécessiteraient une aide financière urgente, selon la CCI. « Trois zones sont particulièrement touchées : le bassin d'Arcachon, le Blayais et le Sud-Gironde, note Hélène Baloup, conseillère à la CCI. Le problème, c'est que ces professionnels ne sont pas toujours correctement assurés. » « Déjà fragilisés par la crise », certains entreprises pourraient ne pas s'en relever. Pour les aider, « la CCI envisage de débloquer une enveloppe de 20 000 à 40 000 euros pour répondre aux situations sociales les plus délicates », précise Jean Talla, responsable du service appui-développement-transmission. Un coup de pouce qui s'ajoutera aux 1 000 euros d'indemnités prévus par le régime social indépendant (RSI). ■SOS entreprises : 05 56 79 50 00