Bordeaux : « Dans l’urgence », une « aire d’accueil solidaire » pour les SDF installée sur les quais

SOCIAL Deux associations ont décidé de créer une « aire d’accueil solidaire » pour les sans-abri au niveau de la place des Quinconces, à Bordeaux

Clément Carpentier

— 

Une quinzaine de tentes ont pris place sous les platanes au niveau de la place des Quinconces.
Une quinzaine de tentes ont pris place sous les platanes au niveau de la place des Quinconces. — Estelle Morisot
  • Un petit campement est en train de se former sur les quais de Bordeaux.
  • Il s’agit d’une « aire d’accueil solidaire » portée par deux associations pour venir en aide à des SDF, chassés de l’ultra centre-ville et souvent en grande difficulté.
  • La mairie ne compte pas les déloger des quais et pointe surtout le manque de places en hébergement d’urgence.

Cela commence à ressembler à un petit campement. Depuis plusieurs jours, des tentes prennent place sur les quais près de la place des Quinconces. Ce mardi, on en compte une bonne quinzaine sous les platanes. Il s’agit en réalité d’une « aire d’accueil solidaire » mise en place par deux associations d’aide aux sans-abri. « On a essayé de trouver une solution pour désengorger la zone du Palais des Sports mais aussi de la place Saint-Projet où beaucoup de SDF s’étaient installés ces derniers temps avec parfois des troubles à l’ordre public », explique Estelle Morisot, président de  La Maraude du cœur de Bordeaux qui mène ce projet en collaboration avec  les Gratuits Gironde solidarités.

En effet, « les tensions avec les commerçants et les riverains étaient de plus en plus fortes et la situation devenait explosive » souligne Harmonie Lecerf, adjointe au maire chargée de l’accès aux droits et des solidarités. Dans un premier temps, mi-novembre, certains sans-abri se sont installés sous le pont de pierre alors que d’autres traversaient la Garonne pour se retrouver ensemble rive droite quai Deschamps au pied du pont Saint-Jean. Mais sur la rive gauche, les deux associations ont très rapidement remarqué qu’il y avait un risque fort d’inondations. Et donc, un danger pour les personnes sur place. C’est pour cette raison que la décision a été prise de trouver un nouveau lieu.

Un manque de logements d’hébergement d’urgence

« Ce n’est pas le meilleur endroit et il est temporaire mais on est dans l’urgence, reconnaît Estelle Morisot, il faut bien trouver une solution et ça ne doit pas être trop loin du centre-ville sinon ils ne vont pas y aller comme à Bordeaux-Lac. En plus, là ils ont un sanitaire tout proche. » A ce niveau-là, les tentes ne prennent pas l’eau non plus. Un barrièrage a également été mis en place et les bénévoles ont sensibilisé les personnes sur la problématique des chiens. « Ils sont en autogestion mais on passe très souvent les voir pour les aider, moi j’y vais tous les jours, parfois plusieurs fois dans la journée », ajoute celle qui a elle-même vécu dans la rue pendant sept ans et connaît parfaitement le sujet.

De son côté, la mairie « ne les délogera pas de cet endroit et essaie de gérer la situation au mieux ». Selon Harmonie Lecerf, « il manque plusieurs centaines d’hébergements d’urgence » à Bordeaux alors que l’élue écologiste rappelle que la municipalité a ouvert récemment la salle Gouffrand pour mettre à l’abri 17 personnes. Elle pointe l’absence de solutions proposée par la préfecture face à cette situation « très préoccupante » pour ces personnes. Reste à savoir comment va se passer la cohabitation avec les nombreux promeneurs et joggeurs des quais. A court terme, il ne semble pas y avoir d’autres solutions.

Estelle Morisot souhaiterait que les autorités créent des aires d’accueil pour les sans-abri comme pour les gens du voyage. L’adjointe au maire chargée de l’accès aux droits et des solidarités, elle, parle d’un « gros projet d’hébergement » en cours sur Bordeaux et une autre ville de la métropole mais celui-ci ne sera pas prêt avant avril.