L'incendie du centre de rétention fait réagir le ministre

— 

La fumée est arrivée jusqu'à Paris. Survenu lundi soir, l'incendie du centre de rétention administrative (CRA) de Bordeaux, où sont retenus les étrangers en situation irrégulière, a fait réagir le ministre de l'Immigration. Eric Besson a demandé hier, dans un communiqué, une étude sur la protection contre le feu des CRA. « A plusieurs reprises au cours des derniers mois, des personnes placées en rétention administrative voulant se soustraire à l'exécution d'une mesure d'éloignement ont ainsi tentées de dégrader ou de détruire les centres où elles étaient hébergées », précise le communiqué. « Une étude exhaustive sur le renforcement de la protection des centres contre ces risques », a ainsi été demandée. Provoqué par une personne détenue, l'incident s'est déclaré lundi soir. Cinq personnes - trois retenues et deux policiers - ont été incommodées par les fumées. Les douze personnes retenues ont été évacuées dans la nuit vers le CRA de Toulouse. Le directeur départemental de la sécurité publique (DDSP), Albert Doutre, a précisé que « deux chambres de rétention (avaient) été endommagées à partir de cette mise à feu volontaire ». Le CRA est « inhabitable à l'heure qu'il est », indiquait hier soir une source policière. L'enquête a été confiée à la brigade criminelle. Selon le procureur de la République, Claude Laplaud, le feu a été allumé avec des papiers. Deux personnes de nationalité marocaine étaient toujours en garde à vue hier soir. ■ M. G.