20 Minutes : Actualités et infos en direct
REVENTELe sapin de Noël destiné à Bordeaux acheté par une commune de Corrèze

Noël : Le sapin boudé par la ville de Bordeaux acheté par une petite commune de Corrèze

REVENTEMalemort, une petite ville de Corrèze, va acheter le sapin de Noël, cultivé en Corrèze et initialement destiné à la ville de Bordeaux, pour soutenir la filière forestière
Un grand sapin de 17 mètres de haut est installé sur la place Pey-Berland.
Un grand sapin de 17 mètres de haut est installé sur la place Pey-Berland. - S.Ortola / 20 minutes
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

L'essentiel

  • Une petite commune de Corrèze rachète le sapin de Noël qui était destiné à la ville de Bordeaux avant l’annonce du nouveau maire écologiste de ne pas installer « d’arbre mort » sur la place.
  • Le maire de la ville de Malemort met en avant le soutien à la filière forestière locale puisque l’arbre de 19 mètres de haut a été planté en Corrèze.

A Malemort, commune de Corrèze de 8.000 habitants, le sapin de Noël sera cette année très imposant, avec ses 19 mètres de haut. Et pour cause, il était initialement destiné à la place Pey-Berland de la ville de Bordeaux mais le nouveau maire écologiste ne veut pas d'un « arbre mort » pour les célébrations de fin d’année.

« Le sapin de Bordeaux… à Malemort ! » a clamé Laurent Darthou, maire UDI de cette ville près de Brive, dans un communiqué. « Puisque Bordeaux refuse son sapin, alors il restera en Corrèze ! », ajoute-t-il, s’en disant « fier », et mettant en avant la défense de la filière forestière de Corrèze.

« Une forêt gérée par des professionnels »

Pierre Hurmic, maire EELV de Bordeaux fraîchement élu, avait annoncé en septembre qu’il n’installerait plus place Pey-Berland, à deux pas des mairie et cathédrale, le traditionnel sapin de Noël municipal illuminé, le qualifiant notamment d' « onéreux ». Cela avait lancé une controverse sur les réseaux sociaux, bruyamment entretenue par l’opposition municipale de droite et LREM.

Laurent Darthou a expliqué vendredi qu’il n’avait « pas apprécié » la décision de Pierre Hurmic, car « au-delà de la tradition de Noël importante à défendre en cette période de crise sanitaire, c’est toute une filière sur notre territoire qui est concernée. Ces sapins de Haute-Corrèze sont justement plantés pour être coupés un jour […] c’est une forêt gérée par des professionnels ».

Débité pour des bancs, après les fêtes

L’arbre de 19m de haut qu’avait commandé Bordeaux sera donc coupé lundi, et installé à Malemort, la municipalité y réaffectant des fonds qui étaient initialement voués au spectacle de fin d’année dans les écoles, annulé en raison du Covid. Coût total : 6.000 euros. Laurent Darthou s’est défendu vendredi d’un « coup politique » pour faire parler de lui ou sa commune, insistant que « le bois est une filière importante en Corrèze », notamment pour la construction. Après les fêtes, le sapin sera d’ailleurs débité « pour installer des bancs dans la commune ».

Philippe Maus, gérant de « Mon sapin », dont la plantation de 300 hectares fournit chaque année plus de 10.000 grands sapins aux mairies, a confirmé à l’AFP que c’est bien l’arbre voué à Bordeaux qui ira à Malemort. Il a rappelé qu’au moment de la polémique il s’était rendu à Bordeaux pour défendre leur travail, et leur plantation « 100 % écolo, ni engrais, ni pesticides ».

La mairie de Bordeaux, qui avait promis des « alternatives » pour préserver « la féerie » de Noël, doit détailler prochainement ses animations, qui devraient comprendre un spectacle visuel projeté sur les façades, outre les illuminations maintenues dans les quartiers.

Sujets liés