Bordeaux : La communauté « Gavé fier d’être bordelais » organise un live confiné ce vendredi

CULTURE A partir de 20h30 sur sa page Instagram, la communauté « Gavé fier d’être bordelais » va organiser une soirée en live réunissant divers artistes

Elsa Provenzano
— 
Julien Anouilh a lancé la page sur Facebook en 2017.
Julien Anouilh a lancé la page sur Facebook en 2017. — Antoine Le Guellec
  • La communauté « Gavé fier d’être bordelais » organise ce vendredi un live confiné, sur le modèle de ce qu’elle avait déjà fait pour le premier confinement.
  • Au programme : des humoristes, de la musique et la réalisation d’une toile de street art en direct.
  • L’œuvre street art sera vendu aux enchères, au profit de l’association Maraude du Cœur.

La communauté « Gavé fier d'être Bordelais », qui rassemble sur Facebook et Instagram pas moins de 90.000 abonnés, propose de nouveau un live confiné pour cette « saison 2 » comme l’appelle Julien Anouilh, administrateur du groupe. Après le succès des confinapéros du premier confinement, il remet le couvert ce vendredi soir à partir de 20h30 pour une soirée en live sur la page Instagram du groupe. 

Au menu de cette soirée des humoristes comme David Voinson, Nordine Ganso, propulsé par le Djamel Comedy Club mais aussi Philippine Delaire qui a participé au festival Fous du rire et l’acteur Sam’s de la série Validé. Côté son, Tom Frager et Ben l’Oncle Soul et Les Ö, « trois nanas bien punchy » seront là pour mettre l’ambiance. Tout au long de la soirée, les personnes connectées pourront suivre l’évolution d’une œuvre street art réalisée par See Ya, notamment connue pour avoir réalisé le gorille de Darwin, sur la rive droite de Bordeaux. La toile sera mise aux enchères et les bénéfices seront reversés à l’association  La Maraude du Cœur.

Un nouvel événement à la fin de ce deuxième confinement ?

« On va taper une bonne soirée, délirer ensemble et, en même temps, faire profiter l’association d’une belle visibilité », commente Julien Anouilh. Les lives lors du premier confinement s’étaient terminés en apothéose avec une soirée organisée sur la terrasse du Grand Hôtel de Bordeaux, en association avec quelques autres « grosses pages ». En fonction des annonces du gouvernement, l’administrateur réfléchit à réitérer un événement d’ampleur de ce type.

Créé en 2017 un peu par hasard, « pour montrer un exemple à un client », raconte Julien Anouilh, qui gère un centre de formation, la page « Gavé fier d’être Bordelais », a connu un succès immédiat. « On a eu plusieurs milliers de vues avec seulement deux ou trois publications », se souvient le trentenaire. Il s’est pris au jeu, développant l’audience d’une page, flattant à dessein le chauvinisme local, pour proposer « des bons plans et de la détente ».