Coronavirus en Gironde : Un lycée sur deux travaille à une nouvelle organisation pédagogique

EDUCATION Un nouveau protocole sanitaire est en vigueur dans certains lycées. Dans celui-ci les élèves doivent suivre au minimum la moitié de leur cours en présentiel

Mickaël Bosredon
— 
Illustration lycée
Illustration lycée — ISA HARSIN/SIPA
  • Dans l’académie de Bordeaux, il était fait état vendredi de 96 cas de coronavirus confirmés chez les élèves, soit 0,02 %, et de 29 personnels, soit 0,06 % des effectifs.
  • Ce lundi, « la moitié des lycées généraux de l’académie, et moins de 10 % des lycées professionnels, travaillent sur une nouvelle organisation pédagogique », selon la rectrice.
  • Au lycée Montesquieu à Bordeaux, 591 élèves viennent un jour, 587 le lendemain. « Nous alternerons ainsi chaque jour », explique le proviseur-adjoint de l’établissement.

Une « grève d’avertissement. » Plusieurs syndicats enseignants appellent à la mobilisation ce mardi, estimant les moyens insuffisants pour faire face à la crise sanitaire.

Pour le moment, les chiffres fournis par l’Education nationale sur la circulation du virus sont plutôt rassurants. Dans l’académie de Bordeaux, il était fait état vendredi de 96 cas de coronavirus confirmés chez les élèves, soit 0,02 %, et de 29 personnels, soit 0,06 % des effectifs. « Nous n’avons aucune classe fermée, et à ce stade la situation globale dans les écoles est stable par rapport à la période d’avant les congés » insiste la rectrice d’académie, Anne Bisagni-Faure. « Il y a une vraie sous-estimation, certainement due à des déclarations qui ne se font pas » estime pour sa part Samantha Fitte, co-secrétaire départementale du SNUipp-FSU 33.

Nouvelle organisation dans les lycées

Dans les lycées, la grogne est montée très fortement ces derniers jours pour réclamer un meilleur protocole sanitaire. Il a été adapté « avec néanmoins un impératif : l’élève doit passer au moins 50 % de son temps scolaire au lycée », souligne Anne Bisagni-Faure alors qu’il y a une « souplesse locale » pour cette nouvelle organisation. Ce lundi, « la situation fait état d’environ la moitié des lycées généraux de l’académie, et moins de 10 % des lycées professionnels, qui travaillent sur une nouvelle organisation pédagogique », pointe la rectrice.

Ces nouvelles organisations, passent par exemple par l’instauration de demi-groupes. « D’autres lycées proposent que les élèves suivent les cours de leurs options à distance, d’autres font le choix qu’un niveau entier – par exemple la seconde – reste à la maison un jour par semaine, avec un programme pédagogique adapté évidemment, ou il y a encore les cours en ligne… Dans tous les cas, il est recommandé aux professeurs de demander des productions écrites des élèves, ainsi qu’une évaluation des travaux des élèves en leur donnant des repères pour qu’ils sachent bien où ils en sont. »

Au lycée Montesquieu, le protocole prêt à se poursuivre jusqu’à Noël

Le lycée Montesquieu à Bordeaux a ainsi lancé sa nouvelle organisation ce lundi. « Nous avons séparé les élèves de chaque classe en deux groupes, explique Christophe Fontenier, proviseur-adjoint du lycée. Ce lundi, nous accueillons les élèves du groupe A [soit 591 lycéens], demain nous recevrons les élèves du groupe B [587 élèves], et nous alternerons ainsi chaque jour. Cela permet aux professeurs de ne pas perdre trop le contact avec les élèves, en continuant de les voir un jour sur deux. »

« Pour les élèves qui sont à la maison, du travail leur sera donné, poursuit le proviseur-adjoint, avec notamment le dispositif de classe inversée : ils révisent les cours à la maison et quand ils reviennent au lycée ils font des exercices. Ce fonctionnement est mis en place au moins jusqu’au 1er décembre, mais nous envisageons de poursuivre jusqu’aux vacances de Noël, au regard de l’évolution sanitaire. »