Confinement à Bordeaux : Avant leurs fermetures, les bibliothèques ont été dévalisées

RUEE SUR LA CULTURE Quelque 30.000 documents (livres, périodiques, DVD) ont été empruntés jeudi avant la fermeture du réseau bordelais qui comprend dix bibliothèques

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration d'un homme empruntant des livres à la bibliothèque. Ici lors d'une braderie de livres à Rennes en 2011.
Illustration d'un homme empruntant des livres à la bibliothèque. Ici lors d'une braderie de livres à Rennes en 2011. — C. Allain / APEI / 20 Minutes
  • Cette fois, les Bordelais ont été prévenus d’un confinement imminent et se sont précipités dans les bibliothèques pour faire le plein de livres et DVD.
  • Le réseau de dix bibliothèques a enregistré le prêt de 30.000 documents jeudi après-midi, juste avant l’entrée en vigueur du nouveau confinement.
  • A Bordeaux, un cinquième des habitants est inscrit sur le réseau des bibliothèques municipales, soit un taux supérieur à la moyenne des villes de plus de 100.000 habitants.

Il y a eu une ruée sur les produits culturels avant l’entrée en vigueur du confinement ce vendredi. Rayonnages dépeuplés, familles empruntant des paniers entiers de livres :  les bibliothèques municipales de Bordeaux ont été dévalisées dans les heures précédant leur fermeture avant le reconfinement, a affirmé vendredi un responsable de ce service.

Environ 30.000 documents (livres, périodiques, DVD etc.) ont été empruntés jeudi après-midi avant la fermeture des dix bibliothèques du réseau, l’un des plus importants de France, selon Yann Bourion, directeur par intérim des bibliothèques de Bordeaux. La veille, jour de l’annonce présidentielle de reconfinement, 10.000 documents avaient déjà été sortis par les usagers.

Des capacités d’emprunt doublées pour l’occasion

Un tiers des documents empruntables par le grand public est actuellement hors des bibliothèques. « C’est assez exceptionnel, on tourne plutôt autour de 20 % d’ordinaire, assure Yann Bourion. Il y a eu une ruée sur les bibliothèques, comme il y en a eu sur les libraires ».

« Les gens ont eu cette inquiétude de ne plus avoir de vivres culturels pendant un mois et comme on avait expliqué sur les réseaux sociaux qu’on pouvait emprunter le double de documents (30 au lieu de 15), il y a eu un petit buzz. Du coup, on a vu des familles de trois enfants repartir avec 90 documents, 30 par enfant… », raconte-t-il. La durée d’emprunt a elle aussi été doublée, passant à deux mois.

« On a pu prévenir le public, pas comme lors du premier confinement où on avait dû fermer très soudainement sans que les usagers puissent venir faire des emprunts », se rappelle Yann Bourion. Il se dit « ravi » par ce scénario : « C’est la raison d’être des bibliothèques et ça montre l’intérêt du public pour la culture. Dommage qu’on n’ait pas cette fréquentation en temps normal ! »

Un « beau taux d’inscription » à Bordeaux

Un cinquième de la population bordelaise, soit environ 50.000 personnes, est inscrit dans le réseau des bibliothèques municipales qui emploie 230 personnes et regroupe 1,3 million de documents, empruntables ou non.

« C’est un très beau taux d’inscription, la moyenne pour les villes de plus de 100.000 habitants est de 11 % », explique Yann Bourion, pour lequel la gratuité du réseau est l’une des raisons de son succès. « Mais on n’a pas retrouvé les niveaux de fréquentation d’avant 2020 », année marquée par la pandémie, note-t-il. « Les gens circulent moins ».