Bordeaux : Après l’évacuation d’un squat, 140 personnes mises à l’abri par la mairie

SOCIAL Des familles bulgares expulsées vendredi par la préfecture ont été mises à l’abri samedi dans un entrepôt vide appartenant à Bordeaux métropole, quai de Brazza

E.P.

— 

Vue aérienne du périmètre du quartier Brazza à Bordeaux, au débouché du pont Chaban Delmas
Vue aérienne du périmètre du quartier Brazza à Bordeaux, au débouché du pont Chaban Delmas — no credit

Vendredi, la préfecture a procédé à l'évacuation d'un squat occupé par des Roms, situé rue Lajaunie sur la rive droite bordelaise. Dès le lendemain, la mairie de Bordeaux a été alerté par des associations de maraudes et des citoyens, sur le sort de nombreuses familles bulgares (environ 150 personnes et 40 caravanes) qui s’étaient rendu un peu plus loin, sur le site de l’entrepôt dit « Borifer », quai des Queyries.

Cet ancien site industriel, qui abritait une usine de peinture et de traitement des métaux est « extrêmement pollué » selon la municipalité. « En 2014, l’Ademe y avait fait une inspection deux ans après la liquidation de Borifer. Le rapport avait décrit un site « non sécurisé », parsemé de déchets divers, dont certains dangereux », écrit la ville de Bordeaux.

Une mise à l’abri dans l’urgence

Les services de la ville ont décidé d’abriter les expulsés dans un entrepôt vide appartenant à Bordeaux métropole, quai de Brazza. Les services du centre communal d’action sociale (CCAS) de Bordeaux ont distribué des couvertures et de l’eau.

« Cette mise à l’abri était indispensable au vu des conditions climatiques et sanitaires de ces personnes mises à la rue sans solutions à la suite de l’évacuation du squat de la rue Lajaunie le 2 octobre », a souligné la ville dans son communiqué.

Les services sociaux du CCAS de Bordeaux, le GIP Médiation et la mission squat de Bordeaux métropole vont travailler de concert afin de « trouver des solutions plus pérennes à cette situation humanitaire préoccupante. »