Bordeaux : Des escape games proposés à domicile par une start-up

LOISIRS La société Ubiscape a lancé en 2018 un concept d'escape game nomade qui est particulièrement bien adaptée au contexte sanitaire

Elsa Provenzano

— 

Un maître du jeu se déplace pour mener la partie.
Un maître du jeu se déplace pour mener la partie. — Studio Florent Larronde
  • La société bordelaise Ubiscape propose des escape games à domicile, qui connaissent un engouement particulier dans le contexte de l'épidémie de Covid-19. 
  • Un maître du jeu instaure une vraie ambiance chez les particuliers qui le souhaitent ,en Gironde, dans la limite de huit participants. 
  • Puisque des concessions sont faites sur le décor, l'exigence sur la qualité de l'énigme à résoudre est encore plus grande. 

« Quand on est entrés il y avait des bougies, une lumière orange tamisée et même un appareil avec de la fumée », se souvient Stéphane, 40 ans, qui a fait appel l’an dernier à la start-up bordelaise Ubiscape, pour une soirée escape game chez lui, à l’occasion d’ Halloween.

La société Ubiscape promet de vraiment instaurer une ambiance chez son client, en seulement 15 minutes.
La société Ubiscape promet de vraiment instaurer une ambiance chez son client, en seulement 15 minutes. - Studio Florent Larronde

Alors que les activités de loisirs sont restreintes en raison de l’épidémie de Covid-19, Ubiscape fait valoir la pertinence de son concept à domicile et son protocole sanitaire adapté.

Une partie « hyper bien menée »

Pendant l’installation (d’une quinzaine de minutes) par l’équipe d’Ubiscape du jeu, qui tournait ce soir-là autour d’une enquête sur le meurtre d’une famille entière, Stéphane et ses amis prennent tranquillement l’apéritif à l’extérieur.

Le quadragénaire garde en mémoire une partie « hyper bien menée » par le maître du jeu qui a créé une bonne ambiance entre les convives pour lesquels c’était, hormis pour un ou deux, la première expérience d’escape game. « Chaque détail est bien trouvé et chaque événement a du sens, apprécie-t-il. Je me souviens par exemple qu’il y avait une petite caméra filaire qu’il fallait à un moment glisser au fond d’un vase pour y découvrir un code ».

Il garde le souvenir d’une soirée « très originale » qui a beaucoup plu à ses invités et qui a alimenté les discussions une fois la partie finie. Peu importe s’ils ne sont pas parvenus à sortir de la pièce à temps (avant une heure), c’est le souvenir d’une bonne soirée qui s’est imposé.

Une exigence supplémentaire sur la narration

En 2018, Laetitia Arnoud, grande lectrice et amatrice de jeux d’enquête, a l’idée de ce format à domicile en partant de sa situation de jeune maman désireuse de continuer à faire des parties d’escape games avec ses amis, sans se déplacer et en permettant à tout le monde de jouer. Pour organiser un escape game chez soi, il suffit de disposer d’une pièce d’au moins 15 m2, d’une prise électrique et d’un accès WiFi. La jauge est limitée à huit joueurs et le port du masque est obligatoire. La société se déplace pour l’instant en Gironde et dans un périmètre un peu plus large pour les entreprises.

Elle travaille en collaboration avec une dizaine de maîtres du jeu qui animent les parties, dont elle a écrit les scénarios. « L’idée c’est de partir d’un héros ordinaire qui vit des choses extraordinaires justifiant une enquête intense », explique-t-elle. L’installation à domicile ne permet pas de sortir le grand jeu en termes de décor et oblige à une narration particulièrement immersive. « On propose des scénarios avec des énigmes très travaillées », appuie-t-elle. Les profils des joueurs sont très variables : de la famille qui veut égayer son dimanche après-midi aux groupes d’habitués. « D’ailleurs ces derniers sont plutôt sceptiques au départ mais finissent par être agréablement surpris », assure Laetitia Arnoud.

La haute saison de l’escape game approche puisque le jeu est particulièrement prisé pendant les vacances de la Toussaint et Halloween. Le tarif adulte est de 29 euros par joueur.