Bordeaux : Broca « raciste », une pétition lancée pour débaptiser des bâtiments à son nom

POLEMIQUE L’association Mémoires et Partages estime que le scientifique Paul Broca a justifié avec ses travaux en craniologie des thèses relevant de la domination raciale, coloniale et sexiste. Elle a lancé une pétition pour demander que les bâtiments qui portent son nom soient débaptisés

Elsa Provenzano

— 

Une association milite pour débaptiser une rue et un amphithéâtre de l'université.
Une association milite pour débaptiser une rue et un amphithéâtre de l'université. — E.Provenzano 20 Minutes
  • L’association Mémoires et Partages a lancé une pétition adressée à l’université pour débaptiser une rue, un institut et un amphi qui portent le nom de Paul Broca.
  • Ce scientifique bordelais a utilisé la craniologie pour justifier des thèses racistes et sexistes, selon l’association.
  • L’université annonce vouloir lancer un débat autour de cette problématique, au sein de la communauté universitaire.

Dans plusieurs endroits de la capitale girondine, il est rendu hommage à la mémoire du scientifique Bordelais Paul Broca, mort en 1880. Une rue près de l'université de la Victoire, un amphithéâtre et un institut de neurobiologie, inauguré en 2017, portent son nom.

L'association Mémoires et Partages a manifesté devant cet institut ce mercredi et a lancé une pétition adressée au président de l’université de Bordeaux pour demander de débaptiser la rue, le centre et l’amphithéâtre. L’initiative est soutenue par Bordeaux en luttes, le groupe politique menée par Philippe Poutou.

« Broca a défendu et justifié scientifiquement les thèses justifiant la domination raciale, coloniale et sexiste en annonçant que la craniologie est en mesure de fournir des données précieuses sur la valeur intellectuelle des races humaines », pointe l’association dans le texte de la pétition. Elle cite des extraits édifiants de ses écrits : « En moyenne, la masse de l’encéphale est plus considérable chez les races supérieures que chez les races inférieures. » Et plus loin : « Jamais un peuple à la peau noire, aux cheveux laineux et au visage prognathe, n’a pu s’élever spontanément jusqu’à la civilisation. »

« Un débat » à venir sur le nom de l’institut

Contactée par 20 Minutes, la direction de l’université de Bordeaux a réagi : « en 2017, le nom du bâtiment a été largement discuté et choisi par la communauté des neurosciences pour rendre hommage aux travaux de Paul Broca, bordelais, pionnier internationalement reconnu des neurosciences, spécialiste de l’anatomie du cerveau, dont une zone associée au langage porte aujourd’hui son nom. Cependant, au-delà de son travail scientifique exceptionnel, Paul Broca a conforté des théories racistes et sexistes que rejette fermement l’université de Bordeaux, car en totale contradiction avec les valeurs universitaires d’égalité et de diversité qu’elle défend. »

« Nous devons et nous allons nous saisir collectivement de la question du nom de ce bâtiment, qui doit faire l’objet d’un débat au sein de la communauté universitaire », assure Antoine de Daruvar, vice-président du conseil d’administration de l’université.