Coronavirus à Bordeaux : «Les efforts et la discipline des habitants commencent à porter leurs fruits»

SANTE PUBLIQUE Lors de sa conférence de rentrée, ce mercredi, la préfète de la Gironde a annoncé un début d’amélioration de la situation sanitaire dans le département

Elsa Provenzano

— 

Des malades Covid-19 soignés au CHU Pellegrin, à Bordeaux.
Des malades Covid-19 soignés au CHU Pellegrin, à Bordeaux. — UGO AMEZ/SIPA
  • La préfète de la Gironde a livré des chiffres encourageants concernant l’évolution de l’épidémie dans le département.
  • Elle ne veut néanmoins pas assouplir ses arrêtés avant que la décrue de l’épidémie ne soit confirmée.
  • Une discussion est en cours avec la fédération des forains autour de la tenue de la foire aux plaisirs, dans la limite de la jauge de 1000 visiteurs.

« Les efforts ( dans la lutte contre l'épidémie de Covid-19) fournis commencent à porter leurs fruits, a annoncé Fabienne Buccio, préfète de la Gironde, ce mercredi, lors de sa conférence de rentrée. Une décrue encore fragile est amorcée depuis plusieurs jours. »

Le nombre d’hospitalisations (une centaine) et de personnes prises en charge en réanimation (une trentaine) stagne. « Les résultats semblent être là mais il faut être prudents », a commenté la préfète qui attribue ces dernières données encourageantes à la discipline des habitants vis-à-vis des préconisations pour se protéger du virus.

« Il ne faut pas se précipiter »

« La tendance est à la baisse, confirme Hélène Junqua, directrice général adjointe de l'agence régionale de santé (ARS) de la Nouvelle Aquitaine. Mais le taux d’incidence reste proche du niveau d’alerte. On n’en a pas fini avec la Covid-19 ». Le taux d’incidence est de 160 pour la Métropole de Bordeaux aujourd’hui contre 210 il y a dix jours. Pour autant, pas question d’assouplir les mesures prises pour limiter la propagation du virus à ce stade : « En fin de semaine prochaine on fera le point, comme le prévoit l’arrêté, il ne faut pas se précipiter », a affirmé la préfète.

Elle « demande un effort » aux salles de sport (fermées par arrêté depuis ce lundi 28 septembre) dans lesquelles il y a du brassage mais qui ne sont pas laissées seules et « ont droit à des aides de l’Etat ». Elle défend les choix qu’elle a faits dans ses deux arrêtés pour limiter les conséquences sur la vie économique. C’est pour cette raison qu’elle a pris des dérogations pour les activités périscolaires par exemple, qui interdites poseraient des problèmes de gardes d’enfants pour les familles.

Discussions avec les forains

La foire aux plaisirs de Bordeaux doit se tenir du 9 octobre au 1er novembre sur la place des Quinconces. La fédération des forains a été reçue à deux reprises pour discuter des conditions dans lesquelles l’événement pourrait se tenir. « Je leur ai proposé de devenir un établissement de plein air, a précisé Agnès Buccio. Il faut alors que l’événement soit clos avec des barrières spéciales et que des portiques soient installés pour comptabiliser les gens et respecter la jauge de 1000 personnes ». Les discussions ont l’air de bien se passer mais la tenue de l’événement n’est pas encore confirmée. « Pour l’aménagement intérieur, cela semble convenir. On a des propositions raisonnables », a commenté la préfète.